Quelles sont les recettes pour améliorer le budget 2016 de l'Etat ?

Le ministère des Finances, dans le quartier de Bercy, à Paris.
Le ministère des Finances, dans le quartier de Bercy, à Paris. (CHRISTOPHE LEHENAFF / PHOTONONSTOP/AFP)

Il y aura une baisse d'impôts l'année prochaine "quoi qu'il arrive", a assuré François Hollande. Dans ces conditions, boucler le budget relève du défi. Sauf si certaines dépenses sont réduites.

La quadrature du cercle. L'exécutif s'attelle au budget 2016, avec toute une série de contraintes. Le président de la République, François Hollande, a assuré, le 21 août, qu'il y aurait une baisse d'impôts en 2016 "quoiqu'il arrive". Le déficit public doit également être ramené  à 3,8% du PIB en 2015, puis 3,3 % en 2016 et enfin à 2,7 % en 2017. 

Comment équilibrer le budget 2016 une année avant la présidentielle ? Trois pistes sont étudiées par l'exécutif, qui a fixé en juillet les premières orientations.

La hausse de certaines taxes

Les opérateurs publics vont voir leurs subventions baisser, affirme Le Monde. Il faudra donc trouver d'autres sources de revenus. La nouvelle présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, demande une augmentation de la redevance, pour l'instant fixée à 136 euros.

Autre pistes possibles :  celle d'une extension de la redevance de l'audiovisuel aux box internet. "C'est une option sur la table, le Premier ministre et le président de la République prendront leur décision dans les prochains jours", avait expliqué mercredi 2 septembre, la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, sur France Info. Une idée qui n'a pas été du goût de la secrétaire d'Etat au numérique, Axelle Lemaire : elle s'est déclarée opposée à cette mesure, mercredi 3 septembre.

La progression de certaines taxes est d'ailleurs déjà actée, rappelle La Tribune : la taxe-carbone (de son vrai nom "contribution climat-énergie") va ainsi "continuer sa montée en charge en 2016, en étant augmentée de 50%, de 14,5 à 22 euros la tonne de CO2".

Une réduction des dépenses de 1,2 milliard d'euros

Pas de mystère : faute de pouvoir jouer sur les recettes, il faudra baisser les dépenses. "Lors du débat d’orientation des finances publiques, en juillet, le ministre des Finances, Michel Sapin, a annoncé que le prochain budget réduirait de 1,2 milliard d’euros les dépenses de l’Etat, selon Le MondeLa réduction des effectifs dans les ministères dits 'non prioritaires' va se poursuivre : 3 939 emplois vont être supprimés." 

Une réduction des aides au logement ?

Toujours selon le Le Monde, l'exécutif examine de près l'ensemble des dépenses publiques pour trouver des économies possibles. Les aides au logement pourraient être revues : "La politique du logement représente plus de 40 milliards d’euros de concours publics, en dépenses budgétaires ou fiscales, et plus de 2 % du PIB, indiquait le secrétaire d'Etat au budget, Christian Eckert, à l’Assemblée nationale. Pourtant, malgré l’ampleur de ces moyens, les effets de cette politique ne sont pas toujours satisfaisants. Il existe donc des marges d’amélioration."

Vous êtes à nouveau en ligne