"Le gouvernement nous laisse le sale boulot", lâche un député PS, Ayrault le recadre

Le député PS Laurent Baumel, le 13 mars 2013, à l\'Assemblée nationale, à Paris.
Le député PS Laurent Baumel, le 13 mars 2013, à l'Assemblée nationale, à Paris. (MAXPPP)

Le Premier ministre a durement riposté au député Laurent Baumel, lors de la réunion de groupe PS hebdomadaire à l'Assemblée nationale.

Jean-Marc Ayrault n'a pas goûté les propos du député PS Laurent Baumel sur le budget, en réunion du groupe socialiste à l'Assemblée nationale (à huis clos). L'élu d'Indre-et-Loire a estimé, mardi 15 octobre, que le gouvernement avait laissé aux députés "le sale boulot" en les obligeant à rétablir la niche fiscale pour les parents d'enfants scolarisés par amendement, et donc à trouver une autre augmentation d'impôt pour compenser.

Selon plusieurs participants ayant assisté à cet "échange assez franc sur le budget", la riposte du Premier ministre a été "assez dure". Il a insisté sur "l'obligation de solidarité", surtout en cette période, et signifié qu'il n'y avait pas d'un côté le gouvernement et de l'autre le groupe socialiste, et que tout le monde était dans la même barque.

"On n'est pas des petits soldats"

Laurent Baumel, membre du courant "la gauche populaire", "s'est fait allumer", mais "a pris aussi pour d'autres" élus critiques de la politique du gouvernement, selon plusieurs députés.

"Ce n'était pas le cœur de mon intervention", a affirmé le député à l'AFP. Il précise être revenu sur le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (Cice) et sur la TVA pour critiquer l'absence de correction du premier dans l'immédiat, et le maintien du taux réduit à 5,5%. Lors du débat dans l'hémicycle sur le projet de loi de finances 2014, Laurent Baumel a affirmé qu'il défendrait des amendements sur ces deux sujets mais aussi sur la "demi-part des veufs et veuves".

"On n'est pas des petits soldats le doigt sur la couture du pantalon, on fait notre travail de parlementaire, après on appartient à une majorité, on sait qu'il y a des votes et une certaine discipline", a-t-il déclaré plus tard dans les couloirs de l'Assemblée. Les débats sur le budget 2014 au Parlement s'annoncent houleux.