Justice : une avocate du tribunal de Bobigny tire la sonnette d'alarme

FRANCEINFO

Le manque du budget de la justice aurait des effets néfastes pour le moins conséquents au tribunal de Bobigny, comme le rapporte Me Ariana Bobetic, avocate.

"C'est tout ça qui fait qu'à un moment donné, la justice n'est plus audible", lance Me Ariana Bobetic, avocate au barreau de Seine-Saint-Denis. Le tribunal de Bobigny est sous l'eau. "C'était épuisant, c'était éprouvant d'attendre son tour", témoigne-t-elle, revenant sur la journée du 13 juillet dernier, lors de laquelle avocats et magistrats ont dû travailler 20 heures d'affilées. "Il y avait tellement de déférés, il y avait tellement de délibérés extrêmement longs", souligne l'avocate.

"Au bord du malaise"

"À 4h40, j'étais au bord du malaise. Je suis allée voir le coordinateur, il m'a libérée pour finir la nuit. Il a fini à six heures moins quart", relate Me Ariana Bobetic. Problème : ce n'est pas une exception au tribunal de Bobigny. "La chambre des comparutions immédiates finit assez souvent à une heure ou deux heures du matin", rapporte l'avocate. En cause ? "Sous-effectifs en magistrats, en policiers d'escorte, en greffiers". Il y a un an déjà, des moyens avaient été exigés. La solution de Me Ariana Bobetic ? "Il y en a qu'une, et c'est d'augmenter drastiquement le budget de la justice".

Vous êtes à nouveau en ligne