Alimentation, péage, gaz, ce qui va changer au 1er février

Le 1er février est synonyme de la valse des prix. Plusieurs mesures entrent en vigueur dont la très critiquée loi alimentation. 

Le passage en caisse, ce vendredi 1er février, sonne l'heure de vérité pour la loi alimentation qui tente de mieux rémunérer les producteurs en interdisant les ventes à perte. Si le gouvernement table sur une hausse moyenne de 4% des prix, cela dépendra des habitudes du consommateur.

Les marques distributeurs baissent quand les grandes marques augmentent. "Les prix qui vont augmenter, ce sont les prix qui étaient les plus bas, les prix où la grande distribution faisait très peu de marge. Et là, on garantit des marges à la grande distribution sur le dos des consommateurs", déplore Alain Bazot, président d'UFC-Que Choisir. 

Hausse des prix des péages

Tout le monde ne verra pas non plus la hausse de 1,8% des tarifs d’autoroute. Le gouvernement n'a pas eu le droit de maintenir le gel de tarifs mais les automobilistes effectuant au moins 10 fois par mois le même trajet obtiennent une réduction de 30%.

Du côté des bonnes nouvelles, le prix du gaz baisse de 0,73% et la nouvelle prime d'activité qui remplace le RSA et la prime pour l'emploi est augmentée pour les plus de modestes de 90 euros. Elle sera versée mardi à 5 millions de foyers, soit un million de plus qu'auparavant. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne