Budget 2016 : l'impossible équation du gouvernement

(Le ministère des Finances © RADIOFRANCE/ Catherine Grain)

Financer les baisses d’impôts pour les ménages et les allègements de charges pour les entreprises... tout en réduisant le déficit : voici l'équation compliquée du budget 2016. Le projet de loi de finances arrive ce mardi à l'Assemblée nationale. Budget qui prévoit 16 milliards d’économies... en tout cas en théorie. Car le compte n'y est pas.

En matiére budgétaire, le diable se niche dans les détails... et dans le détail du projet de loi de finances, contrairement à ce qu'affirme Christian Eckert, le secrétaire d'Etat au Budget, les 16 milliards d'économies n' y sont pas.  Par exemple, sur les dépenses d'intervention de l'Etat, c'est-à-dire les politiques publiques, l'objectif est 2,7 milliards d'économies. Mais dans le texte du budget, on n'en retrouve précisément que 500 millions, via notamment la réforme des aides à la pierre ou au logement.

Quant à la baisse des dépenses de fonctionnement attendues des différents ministères, là non plus pas de détails chiffrés. Bercy répond que certaines économies se feront par voie réglementaire, qu'elles ne sont donc pas techniquement dans le projet de budget examiné à l'Assemblée nationale à partir de ce mardi.

  Mais en plus des efforts qui  ne sont documentés, il y a aussi ceux qui sont très anticipés. Le gouvernement comptabilise d'ores et déjà les effets attendus des réformes à venir sur les retraites complémentaires et l'indemnisation du chômage : au total 1,8 milliard d'euros d'économies prévues, dans des domaines où ce n'est pourtant pas l'exécutif qui fixe les règles, mais les partenaires sociaux - c'est-à-dire les syndicats et le patronat...

Eric Woerth, ex-ministre du Budget, dénonce "un vide sidéral sur le budget"
--'--
--'--

Il n'y a pas eu de grande réforme fiscale, contrairement à ce qu'Hollande disait au début de son mandat, estime l'économiste Denis Ferrand, de l'institut COE-REXECODE
--'--
--'--
La députée PS Karine Berger, membre de la commission des finances, ne pense pas que le débat soit enflammé...
--'--
--'--
 

Vous êtes à nouveau en ligne