La France va demander à Volkswagen de rembourser certaines aides publiques

Un ouvrier travaille sur un bâtiment à Wolfsburg (Allemagne), siège originel de Volkswagen, aujourd\'hui en rénovation, le 30 septembre 2015.
Un ouvrier travaille sur un bâtiment à Wolfsburg (Allemagne), siège originel de Volkswagen, aujourd'hui en rénovation, le 30 septembre 2015. (JOHN MACDOUGALL / AFP)

La semaine dernière déjà, Ségolène Royal avait dénoncé "une forme de vol du contribuable et de l'Etat", après les révélations sur la tricherie du constructeur allemand concernant les émissions polluantes de ses voitures diesel.

Après le scandale, l'exécutif fait ses comptes. Le gouvernement s'apprête à demander à Volkswagen de rembourser les aides publiques versées pour l'achat de véhicules présentés comme propres, mais équipés du logiciel destiné à truquer les tests antipollution.

"Ces aides publiques devront être remboursées", a expliqué Ségolène Royal sur BFMTV, après le Conseil des ministres, mercredi 30 septembre. "On est en train d'évaluer" le montant, a précisé la ministre de l'Ecologie.

"Une forme de vol du contribuable et de l'Etat"

Au total, 948 064 véhicules sont concernés par la fraude en France, a annoncé Volkswagen. "Les bonus écologiques ne vont pas forcément porter sur tous, a précisé Ségolène Royal. Ça va dépendre des années d'achat. Et en fonction de cette évaluation, nous présenterons une facture à Volkswagen."

La semaine dernière déjà, la ministre avait dénoncé "une forme de vol du contribuable et de l'Etat", après les révélations sur la tricherie du constructeur allemand concernant les émissions polluantes de ses voitures diesel.

Vous êtes à nouveau en ligne