Mondial de l'automobile : bienvenue à bord de la voiture autonome, sans les yeux et sans les mains

La voiture \"sans les mains\" testée par PSA Peugeot Citroën
La voiture "sans les mains" testée par PSA Peugeot Citroën (RADIO FRANCE / Isabelle Raymond)

Le salon international de l'automobile ouvre ses portes à Paris samedi 1er octobre. Les voitures de demain vont attirer un public curieux des nouvelles technologies. Avec franceinfo, montez à bord d'un véhicule autonome pour un test grandeur nature.

Le Mondial de l'automobile s'installe Porte de Versailles à Paris du samedi 1er octobre au 16 octobre. Les constructeurs y présentent leurs derniers modèles et ceux du futur, notamment les véhicules autonomes. Les tests sont en cours chez PSA Peugeot Citroën. Avec franceinfo, vous allez embarquer à bord d'une "C3 Picasso" revue et corrigée par les ordinateurs.

La découverte de l'autonomie

La voiture de demain est testée par une conductrice à bord d'un véhicule amélioré, truffé de technologie, de capteurs et de radars. Quatre prototypes roulent ainsi depuis plus d'un an, avec environ 60.000 km au compteur. Le responsable du projet, Vincent Abadie, supervise un essai grandeur nature sur le périphérique parisien et l’autoroute A13, là où le véhicule dispose des autorisations pour passer en mode autonome.

Vous allez voir que la voiture conduit toute seule. Elle suit sa trajectoire, freine, reste dans sa voie, sans l'intervention du conducteur.Vincent Abadie, PSA Peugeot Citroën

Effectivement, une fois sur l'autoroute, la conductrice enlève les mains du volant et dégage les pieds des pédales. La voiture roule à la même vitesse que les autres véhicules et freine quand le camion devant réduit sa vitesse, tout en gardant sa fluidité.

Sans les mains, c'est du stress en moins

La conductrice, au volant sans l’être véritablement, confie avoir mis un certain temps à s'adapter au véhicule. "Quand je suis arrivée dans l'équipe, j'avais encore les mains sur le volant. Mais maintenant j'arrive à faire confiance à la voiture", déclare-t-elle. Une fois l'assurance acquise, la conduite au long cours se révèle moins épuisante. "C'est très agréable, surtout sur les longs trajets. On a fait Paris-Bordeaux, je suis aussi allée en Espagne. On arrive beaucoup moins fatiguée", conclut l'automobiliste emmenée dans le futur.

Mais ce véhicule n'est pas encore prêt à affronter toutes les situations. En ville surtout, il n'est pas encore au point, selon Vincent Abadie, responsable du projet chez PSA Peugeot Citroën. "Le problème, c'est qu'au moindre obstacle, la voiture va s'arrêter", précise-t-il.

Du temps libre dans l'habitacle

Il reste encore quatre ans pour atteindre l’objectif de la commercialisation. La première étape des tests concerne l’épisode "sans les mains". Le second niveau ajoutera les fonctions liées aux "yeux fermés". Que fera l'automobiliste pendant que la voiture conduit toute seule ? C’est une révolution à laquelle se prépare l'équipementier français Valeo. Ses recherches portent sur un habitacle adapté au futur temps gagné. 

Le directeur du pôle innovation chez Valeo, Guillaume Devauchelle, a des idées pour remplir le nouvel emploi du temps du conducteur libéré : « Pourquoi pas des soins, des massages ?", s'interroge-t-il.

Pourquoi ne pas transformer ce temps qui est un peu confisqué aujourd'hui, en un temps à valeur ajoutée ?Guillaume Devauchelle, Valeo

"On pourra prendre soin de soi. Moi je suis myope, je pourrais profiter de ce temps pour faire des exercices pour corriger ma myopie", ajoute le directeur de l'innovation chez Valeo.

Les premières voitures autonomes devraient être fabriquées en série en 2020. C'est en tout cas l'objectif technologique des constructeurs. Encore faut-il qu'à cet horizon, la réglementation le permette.

Bienvenue à bord de la voiture autonome : un reportage d'Isabelle Raymond
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne