VIDEO. Prix des carburants : "Le but n'est pas de renoncer" aux nouvelles taxes prévues pour 2019, estime François de Rugy

Le ministre de la Transition écologique dit "comprendre" la colère des automobilistes, mais les invite à "changer leurs comportements".

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Je comprends que les automobilistes soient mécontents." Invité des "4 Vérités", sur France 2, vendredi 26 octobre, le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, dit "comprendre le mécontentement" des Français touchés par la hausse des prix des carburants, d'abord due à la hausse mondiale des cours du pétrole. Pour autant, il n'envisage pas de revenir sur les augmentations des taxes prévues au 1er janvier ? "Le but n'est évidemment pas de renoncer", tranche-t-il.

"C'est difficile quand on doit prendre sa voiture tous les matins", reconnaît le ministre, qui interroge en retour : "Est-ce qu'on peut faire du covoiturage pour faire baisser la facture ? Est-ce qu'on peut changer de voiture ?" François de Rugy assure que les mesures d'accompagnement des Français qui souhaitent investir dans un véhicule plus propre ont séduit "plus de 250 000 automobilistes depuis le début de l'année".

Pas question, donc, de revenir sur les hausses de taxes prévues au 1er janvier : 6,5 centimes pour le diesel et près de 3 centimes pour l'essence. "Nous l'avons mis de la façon la plus claire possible sur la table pour que personne ne soit pris en traître", explique François de Rugy. "Le but n'est pas de renoncer parce que nous avons dit que nous taxerions moins le travail et plus la pollution", ajoute le ministre.

Vous êtes à nouveau en ligne