Taxe sur les carburants : l'opposition monte au créneau

France 2

La polémique sur le pouvoir d'achat rebondit du côté du prix de l'essence. La charge est venue de Ségolène Royal qui parle d'un matraquage fiscal, sous couvert d'écologie. Les réactions sont nombreuses. L'opposition dénonce des taxes pour financer les cadeaux faits aux riches.

Dans la nuit de lundi 22 au mardi 23 octobre, les députés ont durci le malus sur les véhicules polluants, de quoi relancer le débat sur la fiscalité écologique. Mais dès lundi 22 octobre, Ségolène Royal était passée à l'offensive contre la nouvelle hausse de la taxe sur les carburants. Une mesure qu'elle avait elle-même promue lorsqu'elle était à l'Ecologie. Aujourd'hui, elle considère qu'elle est détournée de son objectif.

Des inquiétudes pour le pouvoir d'achat des consommateurs

En cause : l'augmentation du litre du diesel. +7 centimes en 2018 et +6 centimes prévus en 2019. Le gouvernement revendique ses choix. "Nous voulons faire en sorte que l'utilisation constante du fioul ou du pétrole soit moins simple", a déclaré le Premier ministre. Mais pour l'opposition, droite et gauche confondues, le compte n'y est pas. L'argent prélevé n'est pas réinvesti dans l'écologie. Même dans la majorité En Marche, certains députés s'inquiètent des conséquences sur le pouvoir d'achat, notamment en province et dans les zones rurales où la voiture est indispensable.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne