La FNSEA annonce un blocage des raffineries à partir du 10 juin pour protester contre les importations d'huile de palme

Une palmeraie servant à la fabrication d\'huile de palme à Kuwula, en Indonésie, le 18 janvier 2017.
Une palmeraie servant à la fabrication d'huile de palme à Kuwula, en Indonésie, le 18 janvier 2017. (JEFRI TARIGAN / ANADOLU AGENCY / AFP)

Le groupe pétrolier français Total a été récemment autorisé par l'Etat à exploiter une bio-raffinerie à La Mède (Bouches-du-Rhône), fonctionnant à l'huile de palme.

La présidente de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) a annoncé, jeudi 31 mai, le blocage des raffineries "dans toute la France" à partir du 10 juin, en réaction à la hausse attendue des importations d'huile de palme. "Nous lançons un mouvement de protestation très fort et dans toute la France qui commencera la semaine prochaine", a déclaré Christiane Lambert, citée sur le site internet de L'Union de Reims. Le journal précisant qu'il s'agissait d'une "décision inquiétante pour l’environnement et pour les producteurs de colza".

Contactée par l'AFP, la FNSEA a confirmé qu'un mouvement de blocage devait démarrer le 10 juin. "Non content d'en avoir dans le Nutella, maintenant ce sont 400 000 tonnes d'huile de palme qui vont venir dans les raffineries, donc dans nos voitures", a déclaré Christiane Lambert, dénonçant "une attitude incohérente du gouvernement".

Une mesure censée sauver des emplois

Le groupe pétrolier français Total a été récemment autorisé par l'Etat à exploiter une bio-raffinerie fonctionnant à l'huile de palme à La Mède (Bouches-du-Rhône), à la place d'une de ses raffineries, et de sauver ainsi 450 emplois. Le groupe a investi 275 millions d'euros pour installer cette bio-raffinerie qui utilisera 50% d'huile de palme, soit "au plus 300 000 tonnes par an", selon Total. "Ce n'est pas de gaieté de cœur que j'ai autorisé la raffinerie de la Mède (Bouches-du-Rhône) à ré-ouvrir. L'avenir n'appartient pas à l'huile de palme", a nuancé jeudi le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, interrogé sur Europe 1.

Les députés européens ont voté en janvier la suppression progressive de l'huile de palme dans les biocarburants d'ici 2021. La production de cette huile, en Malaisie et en Indonésie, génère une déforestation menaçant certaines espèces animales et affectant les populations locales. Mais ce vote n'est pas contraignant et doit faire l'objet d'une négociation avec le Conseil européen et la Commission.