Huile de palme : l'avantage fiscal supprimé, revers pour Total

FRANCEINFO

Après un second vote vendredi 15 novembre, les députés ont retiré l'huile de palme de la liste des biocarburants qui bénéficient d'un régime fiscal favorable. La veille, ils avaient voté le contraire.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

C'est un rétropédalage en bonne et due forme. Vendredi 15 novembre en début de soirée, les députés sont revenus sur leur décision : l'huile de palme ne bénéficiera finalement pas d'un avantage fiscal réservé aux biocarburants. Pourtant, un amendement dans ce sens avait été adopté en catimini dans la nuit de jeudi à vendredi sans même être débattu dans l'hémicycle.

Hulot en colère

De quoi déclencher la colère des écologistes. "Dans une séance de nuit à l'Assemblée nationale, je le dis dans une colère que vous sentez, profitant qu'il n'y avait pas grand-monde, on a prolongé l'avantage fiscal sur l'huile de palme jusqu'en 2026", a déploré l'ancien ministre de l'Environnement Nicolas Hulot.

Face au tollé provoqué par cette décision, le gouvernement est monté au créneau dans la journée pour réclamer un second vote. La mesure aurait largement avantagé le groupe Total. L’huile de palme représente 70 millions d'euros d'avantages fiscaux pour Total. Le groupe pétrolier a inauguré cet été la raffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône), près de Marseille et comptait sur cet avantage fiscal. Cette volte-face de l'Assemblée nationale vient clore 24 heures de polémique. La culture des palmiers à huile est l'une des principales causes de déforestation, notamment en Asie.

Le JT
Les autres sujets du JT

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Vous êtes à nouveau en ligne