"Gilets jaunes" : des blocages moins importants que prévu

À deux jours des manifestations prévues samedi 17 novembre, des groupes font savoir qu'ils lèvent le pied par peur des sanctions du gouvernement.

Certains "gilets jaunes" ont déjà commencé à manifester à Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), d'autres, en revanche, ont décidé de renoncer au blocage. Près de Nantes (Loire-Atlantique), il n'est plus question d'enfreindre la loi samedi 17 novembre. "On a décidé de ne pas bloquer avec les voitures, comme ça il n'y a pas de risque de rétention de permis", annonce Nolwenn Marc, initiatrice de la page Facebook Blocage Les Herbiers. Marcel Lacour, lui, a posé en évidence son gilet jaune dans sa voiture. Il avait décidé avec d'autres de bloquer un rond-point à Vitré, dans la banlieue de Rennes (Ille-et-Vilaine), mais il a changé d'avis par crainte des forces de l'ordre. 

Un mouvement freiné par les sanctions

Sur internet, des pages appelant au blocage ont fermé par peur des sanctions, même si à Toulouse (Haute-Garonne), par exemple, le syndicat de police Unité SGP appelle à la clémence. Le gouvernement a prévenu que toute entrave à la circulation serait sanctionnée. Les manifestants encourent 4 500 € d'amende, un retrait de permis et six points de suspension. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne