"Aucune mesure n'a été annoncée" : après avoir été reçus à l'Elysée, syndicats et responsables politiques attendent le discours de Macron

Emmanuel Macron et les membres du gouvernement reçoivent les syndicats et responsables politiques, à l\'Elysée, le 10 décembre 2018.
Emmanuel Macron et les membres du gouvernement reçoivent les syndicats et responsables politiques, à l'Elysée, le 10 décembre 2018. (YOAN VALAT / AFP)

Le président de la République s'exprimera devant les Français à 20 heures, depuis l'Elysée.

>> Ce direct est désormais terminé. Regardez ici l'allocution d'Emmanuel Macron à la télévision

Emmanuel Macron tente de reprendre la main face à la fronde des "gilets jaunes". Le chef de l'Etat a reçu les élus et les partenaires sociaux, lundi 10 décembre. A la sortie de l'Elysée, ils ont expliqué qu'"aucune mesure n'a été annoncée". Le président de la République doit s'exprimer à 20 heures, depuis l'Elysée pour présenter "des mesures concrètes et immédiates", a assuré dimanche la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

Des consultations toute la matinée. Le chef de l'Etat a réuni les présidents des associations d'élus locaux, du Sénat Gérard Larcher, de l'Assemblée Richard Ferrand et du CESE Patrick Bernasconi, en même temps que les cinq syndicats représentatifs (CGT, CFDT, FO, CFE-CGE et CFTC) ainsi que trois organisations patronales (Medef, CPME et U2P).

 "Pas de coup de pouce au smic". Selon la ministre du Travail, Emmanuel Macron annoncera des "mesures concrètes" et "immédiates" dans les prochaines heures pour calmer le mouvement des "gilets jaunes". Sur LCI, dimanche 9 décembre, Muriel Pénicaud a en revanche de nouveau assuré qu'il n'y aurait "pas de coup de pouce au smic" car "on sait que ça détruit des emplois, et ce n'est pas la bonne méthode." 

"Retrouver le chemin du cœur des Français." Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, s'est dit "sûr que le président de la République saura retrouver le chemin du cœur des Français, les toucher au cœur et parler à leur cœur". Cela fait plusieurs jours que l'opposition et les manifestants réclament une intervention du chef de l'Etat, en plein mouvement des "gilets jaunes".

Environ 1 000 personnes en garde à vue. Le parquet de Paris va encore revoir à la hausse le nombre d'audiences lundi et mardi pour faire face au nombre de prévenus interpellés en marge de la manifestation de samedi. Le bilan définitif s’établit à 1 082 interpellés, dont 974 gardés à vue. Parmis eux, 268 ont été déférés et 301 ont eu un rappel à la loi.

Vous êtes à nouveau en ligne