CARTE. Quelles sont les stations-service touchées par une pénurie d'essence ?

Les professionnels du BTP protestent contre la suppression de leur avantage fiscal sur le gazole \"non routier\".
Les professionnels du BTP protestent contre la suppression de leur avantage fiscal sur le gazole "non routier". (FRED TANNEAU / AFP)

L'approvisionnement des sations-service est "quasi normal" en France, a assuré mardi le président de l'Union française des industries pétrolières (UFIP). 

La grève contre la réforme des retraites se poursuit mais "il n'y a pas de quoi s'inquiéter" concernant l'approvisionnement des stations essence. Le président de l'Union française des industries pétrolières (UFIP) Francis Duseux a assuré mardi 24 décembre qu'il est "quasi normal" en France.

"Nous avions [lundi soir] 2,6% des stations françaises avec un défaut d'un ou deux produits", a-t-il précisé. Il y a toutefois "un peu de tension en zone PACA", notamment à la suite d'un mouvement social dans un gros dépôt pétrolier local, où les chargements repartaient mardi.

Concernant les huit raffineries de France métropolitaine, elles "étaient toutes en production et deux étaient en défaut d'expédition", a indiqué Francis Duseux. Dans les raffineries de La Mède (Bouches-du-Rhône) et à Grandpuits (Seine-et-Marne) quelques actions de blocage des grévistes ralentissent en effet ponctuellement la production. L'application participative Essence&Co annonce au total 376 stations en rupture partielle et 112 stations en rupture totale. 

Les professionnels du BTP protestent contre la suppression de leur avantage fiscal sur le gazole "non routier", un carburant utilisé notamment dans le secteur agricole et dans les travaux publics, pour les engins de chantier, moins cher que celui que l'on trouve en station service.

Vous êtes à nouveau en ligne