L'essence française est l'une des moins chères d'Europe

(PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Selon un rapport officiel, les tarifs de l'essence pratiqués en France étaient déjà en dessous de la moyenne européenne avant les mesures gouvernementales.

Tous les Français sont d'accord pour se plaindre des prix du carburant. Ils sont pourtant mieux lotis que la plupart de leurs voisins européens. C'est ce que révèle un rapport (PDF) remis vendredi 24 août à Pierre Moscovici, ministre de l'Economie. Les tarifs de l'essence pratiqués à la pompe en France se situaient même en dessous de la moyenne européenne avant l'entrée en vigueur, mercredi 29 août, de la baisse de 5 à 6 centimes du prix au litre annoncée par le gouvernement.

Le rapport, cosigné par l'Inspection générale des finances et par le Conseil général de l'économie, de l'industrie, de l'énergie et des technologies, a été commandé par le ministre. Et ses conclusions sont nettes : "Toutes taxes comprises, les prix du gazole et de l'essence demeurent inférieurs aux moyennes de la zone euro et de l'Union européenne, même dans l'épisode actuel."

1,42 euro le litre en France, 1,55 euro en Allemagne

Le document établit que le prix du gazole, qui représente 80% de la consommation en France, figurait parmi les moins chers de la zone euro avec 1,42 euro le litre au 13 août, soit 8 centimes de moins que la moyenne européenne. En comparaison, le prix au litre est de 1,28 euro au Luxembourg, mais de 1,55 euro en Allemagne. L'essence, elle, s'achetait environ 1,68 euro le litre dans la zone euro, contre 1,60 euro en France.

Le secteur des carburants serait très concurrentiel en France, dit le rapport. Ce qui profiterait aux prix. Les marges brutes du raffinage comme de la distribution ne présenteraient enfin "pas une évolution anormale". La marge nette réalisée dans ces deux secteurs devrait cependant faire l'objet d'analyses supplémentaires, tout comme la localisation des profits en amont de la filière pétrolière.

Vous êtes à nouveau en ligne