Véhicules propres : les voitures à GPL et hydrogène sont-elles des alternatives crédibles ?

France 2 a testé les véhicules qui roulent à l'hydrogène et au GPL.

Deux voitures offrent des alternatives aux carburants classiques. L'une roule au GPL et l'autre à l'hydrogène. Le journaliste de France 2 Luc Bazizin compare les coûts en parcourant 100 km. D'un côté le véhicule à hydrogène est équipé de trois bonbonnes qui envoient le gaz vers l'avant de la voiture. Puis, avec l'oxygène de l'air, la voiture fabrique sa propre électricité. Il n'y a donc plus besoin de prise pour la recharger. Au volant, la conduite est simple, c'est très silencieux et sans vibrations. La voiture affiche également une belle autonomie de 700 km. Puisqu'elle n'émet aucun polluant, elle bénéficie du plus fort bonus écologique à l'achat, mais reste chère. Le modèle essayé par le journaliste coûte neuf 72 000 €, desquels on peut déduire les 6 000 € d'aides de l'État. De plus, il existe seulement 10 stations-service équipées en France. On compte tout juste 100 voitures à hydrogène sur 35 millions de véhicules en circulation. Pour 100 km, le journaliste paye 10,20 €, soit 1 ou 2 euros de plus qu'avec une voiture thermique classique. 

Une autonomie boostée par l'alternance avec l'essence

Au volant du modèle GPL, gaz de pétrole liquéfié, qui a coûté 24 000 € neuf, le journaliste fait le même essai. On compte seulement 210 000 modèles GPL en France, soit 0,6% du marché. Comparé à un véhicule classique, celui-ci rejette 18% de moins de CO2 et dix fois moins de particules. L'inconvénient c'est qu'on ne compte que 1 600 stations-services fournissant du GPL. L'autonomie est de 300 km, mais certains modèles permettent d'alterner avec de l'essence. En 100 km, Luc Bazizin a consommé 6 litres et dépensé 5,47 €.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne