"Toute la France à Paris" : à quoi ressemblera la nouvelle journée nationale des "gilets jaunes" samedi ?

Des \"gilets jaunes\" manifestent devant l\'arc de triomphe, dans le 8e arrondissement de Paris, le 17 novembre 2018. 
Des "gilets jaunes" manifestent devant l'arc de triomphe, dans le 8e arrondissement de Paris, le 17 novembre 2018.  (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Après la mobilisation du 17 novembre, les "gilets jaunes" veulent remettre le couvert samedi. Mais dans les rues de la capitale cette fois.

Pour eux, le 17 novembre n'était qu'un début. Une semaine après le premier round qui a rassemblé un peu partout en France près de 280 000 personnes selon le ministère de l'Intérieur, les "gilets jaunes" veulent remettre le couvert, samedi 24 novembre. L'objectif, cette fois, c'est de "bloquer" Paris. Deux appels ont été lancés sur Facebook. Qui en est à l'origine ? Combien de personnes vont participer ? Comment réagit le gouvernement ? Franceinfo vous résume ce que l'on sait de cette nouvelle journée nationale de mobilisation. 

>>  Blocages des "gilets jaunes" : suivez la mobilisation dans notre direct

Qu'y a-t-il de prévu samedi ?

Ce n'est pas un mais deux appels à "bloquer" Paris samedi prochain qui ont été lancés sur Facebook. Derrière le premier, se trouve Frank Buhler, l'un des initiateurs du mouvement des "gilets jaunes" dans le Tarn-et-Garonne. "Le 24 novembre, c'est Paris bloqué, le 24 novembre, c'est Paris ville morte. Vous devez tous, à pied, à cheval et en voiture parcourir la totalité des rues de Paris. Répartissez-vous dans toute la ville", déclare dans une vidéo celui qui est aussi délégué de circonscription du parti Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan dans le Tarn-et-Garonne. Au moment d'écrire ces lignes, elle avait déjà été vue 260 000 fois.

Une autre page Facebook intitulée "Acte 2 Toute La France A Paris!!!!" appelle aussi à se rassembler samedi dans la capitale. Et là encore, c'est une autre tête connue qui est à l'initiative : Eric Drouet, chauffeur routier de Melun (Seine-et-Marne). A la base, l’idée des blocages un peu partout en France, c’était lui notamment. "Il faut mettre un coup de grâce et tous monter sur Paris par tous les moyens possibles (covoiturage, train, bus, etc...). Paris parce que, c'est ici que se trouve le gouvernement!!!!", écrit l'homme de 33 ans. 

Combien de manifestants sont attendus ?

Difficile à dire car le mouvement ne dispose pas de porte-parole déclaré à même de donner ce genre de renseignement. La Direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP) table sur "30 000 personnes environ", dans une note révélée par Le Parisien et consultée par franceinfo. Si l'on s'en tient à l'événement Facebook "Acte 2 Toute La France A Paris!!!!"33 000 personnes avaient déjà signifié leur participation jeudi midi, et 207 000 se disaient intéressées. Par ailleurs, d'autres événements plus confidentiels ont été lancés sur Facebook pour cette même journée de samedi. Comme "Acte 2 Toute La France À Paris Convoi #94" (45 participants). Ou encore "Acte 2 Toute La France A Paris !!!! Yvelines Rambouillet -Versa" (95 participants). 

Dans les commentaires postés sur Facebook, certains internautes s'inquiètent d'ailleurs de la désorganisation du mouvement. "Vous n'arriverez à rien si vous ne vous regroupez pas", s'agace par exemple Josiane. Isabelle est du même avis : "Je vais être redondante mais il faut maintenant un porte-parole national sinon le risque est que le mouvement s’essouffle." "Beaucoup, comme moi, sont à des centaines de kilomètres de la capitale et n’aimeraient pas monter pour rien et dans n’importe quelle condition de sécurité", s'alarme un autre "gilet jaune" dans le JDD. 

Comment s'organisent les manifestants ?

Covoiturage, train, bus, auto-stop... A trois jours de la nouvelle journée de mobilisation, les manifestants s'organisent pour se rendre dans la capitale. "Cherche bus au départ de Nancy", écrit Minmin. "Avez-vous trouvé solution de transports ? J'en cherche une aussi en partant du Nord", poursuit Lydie sur Facebook. 

D'autres ont des solutions... bien à eux. Gilles propose ainsi de demander aux "collègues de Paris de bloquer le péage de Saint-Arnould pour réduire le coup". Isma est d'accord : "Obstruez les caméras sur les barrières de péages." Certains envisagent de prendre le train en fraudant. C'est le cas de Weedzi qui optera pour la SNCF "en nombre pour ne pas payer !" En effet, "refus général de payer", lâche Cavernicola. 

Que comptent-ils faire à Paris ? 

Sur ce point, le flou commence à se dissiper. L'événement Facebook "Acte 2 Toute La France A Paris!!!!" a proposé dans un premier temps un rassemblement sur la place de la Concorde. C'est niet, ont répondu les autorités. Mardi soir sur BFMTV, Laurent Nuñez a mis les choses au clair : "La Concorde, ça n'est pas possible. On interdit systématiquement les manifestations déclarées sur la Concorde, on essaie toujours de trouver des lieux plus 'sécures'", a expliqué le secrétaire d'État auprès du ministère de l'Intérieur. 

Certains périmètres, par essence, ne peuvent accueillir des manifestations parce qu'ils n'offrent pas toutes les conditions de sécurité.Laurent Nuñez, secrétaire d'Etat auprès du ministère de l'Intérieursur BFMTV

La balle était donc dans le camp des manifestants pour trouver un autre lieu dans la capitale. Ce sera le Champ-de-Mars. "Plusieurs demandes" de "gilets jaunes" ont été déposées en ce sens, a annoncé le ministère de l'Intérieur dans un communiqué. "Ce lieu offrant les conditions de sécurité nécessaires, il pourra accueillir les manifestants", peut-on lire.

Aucun horaire de rassemblement n'est réellement fixé pour le moment. Surtout, certains semblent avoir d'autres plans en tête. "Il faut donner un point de rendez-vous au dernier moment samedi pour prendre à contre-pied", suggère Christophe sur Facebook. Un internaute propose "une itinérance mémorielle, touristique et historique de gilets jaunes sur la place de la Concorde". "Faisons une prise de l'Elysée", s'emporte Nicolas. Francis va même plus loin : "Blocage autour de l'Elysée, sur les axes de leur domicile, le Sénat, l'Assemblée."

En tout, la DRPP table sur trois rassemblements : l'un sur la place de la Concorde –interdit –, l'un sur la place de la Bastille et un troisième sur le Champ-de-Mars. Entre "100 et 200 chauffeurs de VTC" ainsi qu'une petite vingtaine de chauffeurs taxis et routiers pourraient aussi se joindre au mouvement. D'après le document, "80 à 120 militants de l’ultra droite", et "100 à 200 militants de l’ultra gauche (...) pourraient tenter une action médiatique, en fin de journée, en direction du palais de l'Elysée".

Comment se prépare le gouvernement ?

On ne connaît pas encore le dispositif de sécurité qui sera déployé samedi. Mais on peut imaginer que les moyens seront conséquents. Samedi dernier, des dizaines de "gilets jaunes" ont descendu l'avenue des Champs-Elysées pour converger vers le palais de l'Elysée. S'en étaient suivies plusieurs heures de tensions entre manifestants et forces de l'ordre.

La journée de samedi s'annonce tendue pour les forces de l'ordre. Car un autre rassemblement, contre les violences sexistes et sexuelles, est prévu ce jour-là. Il doit s'élancer de la place de l'Opéra à 14 heures. Les deux cortèges ne devraient pas se croiser : plus de trois kilomètres séparent les deux lieux.

Vous êtes à nouveau en ligne