La France des "gilets jaunes"

FRANCE 2

La colère des "gilets jaunes" est celle d'une France qui se sent oubliée, celle des classes moyennes qui travaillent, mais qui doivent compter sans cesse. La France également des petites communes.

Vanessa Leroux est factrice en Normandie. En sortant du travail, elle aussi a posé un gilet jaune sur son pare-brise. "La hausse du carburant ça a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase pour beaucoup d'entre nous". Pour rentrer chez elle, pas de bus, pas de train. Elle fait donc 50 km par jour. Avec 1 500 € de revenus mensuels, rouler est devenu un budget conséquent. "270 € par mois, c'est énorme. C'est aberrant de devoir mettre une telle somme pour aller travailler", déplore-t-elle.

"Ils empêchent les gens d'aller travailler"

La première boulangerie est à 5 kilomètres de chez elle. Mais ici, tout le monde n'est pas solidaire des blocages. "Il faut arrêter parce qu'ils empêchent les gens d'aller travailler, il y en a qui ont des petits revenus et ont besoin de travailler", explique l'employée de la boulangerie. Pour ce client, un ancien ouvrier, il faut que le mouvement continue. "Je perds 100 € par mois, depuis cinq ans", confie-t-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne