Automobile : les convertis de l'électrique

Le marché de la voiture a ralenti en 2018, les ventes ayant baissé de 8%. La prime à la conversion n'a pas suffi à dynamiser le secteur. Un marché de l'occasion électrique s'est mis en place.

Il a une voiture électrique. Depuis deux mois, il parcourt chaque jour une centaine de kilomètres aller-retour pour se rendre au travail. Il a laissé son essence pour une occasion électrique qu'il loue. "Je suis à 72 euros par mois. Les prix étaient à plus de 500 jusqu'à 800 ou 1 000 euros pour une voiture neuve en location". Moins cher que son ancienne essence, quoiqu'il arrive. "Je pense avoir économisé entre 150 et 300 euros par mois", dit-il. Le marché de l'occasion électrique se développe. Des modèles peuvent baisser de 8 000 à 16 000 euros.

Bénéfices sur le long terme

En 2018, les ventes ont bondi de 61% avec 12 000 exemplaires vendus en France. Une voiture électrique s'use moins qu'une voiture essence. "Ça tombe très peu en panne. Il n'y a pas d'embrayage, de boite de vitesse (…) il n'y a pas de pièces à entretenir. Le coût d'entretien est constant sur de nombreuses années", explique Gilles Debuchy, fondateur de Greenmove. Seul bémol, il faut louer les batteries pour le véhicule électrique le plus vendu en France, jusqu'à 120 euros par mois environ.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne