Hollande promet une négociation tripartite aux syndicats de PSA Aulnay

Mohamed Khenniche, représentant du syndicat SUD PSA Aulnay, devant l\'Elysée, le 20 septembre 2012.
Mohamed Khenniche, représentant du syndicat SUD PSA Aulnay, devant l'Elysée, le 20 septembre 2012. (PHILIPPE WOJAZER / REUTERS)

Mais le président ne s'est pas engagé sur un gel du plan de restructuration. 

PSA - François Hollande, qui a reçu l'intersyndicale de PSA Aulnay, jeudi 20 septembre à l'Elysée, a promis des négociations tripartites qui réuniront syndicats, direction du constructeur automobile et Etat. En revanche, le président ne s'est pas engagé sur un gel du plan de restructuration, qui prévoit la suppression de 8 000 emplois en France et 3 000 sur le site de Seine-Saint-Denis.

"Nous sommes satisfaits d'avoir obtenu la réunion tripartite avec le soutien ferme du président, mais il ne s'est pas engagé sur un gel du plan le temps de ces négociations", a déclaré Tanja Sussest, déléguée du SIA (Syndicat indépendant de l'automobile, majoritaire à Aulnay) à sa sortie de l'Elysée. La prochaine réunion tripartite doit avoir lieu mi-octobre, selon elle. 

François Hollande s'est engagé, selon elle, à utiliser tous les leviers dont l'Etat dispose pour qu'aucun salarié ne se retrouve sans solution, et a promis un travail de concertation pour revitaliser les sites. "On sait que c'est pas le père Noël, mais le président s'est engagé à ce qu'une solution soit trouvée pour chacun", a-t-elle affirmé.

Une dizaine de salariés de PSA ont manifesté devant la grille d'entrée du palais de l'Elysée avant d'être reçus un peu moins d'une heure à la présidence. "Le changement, ce sont nos luttes qui le feront", pouvait-on lire sur le tee-shirt porté par l'un d'eux.

Vous êtes à nouveau en ligne