Automobile : une aide de 50 millions d'euros pour soutenir la filière

France 3

Bercy est au chevet de la filière automobile, mise à mal par la transition écologique et une baisse annoncée des ventes. Le secteur s'attend à une année difficile. Alors quelles sont les mesures annoncées lundi 2 décembre pour soutenir la filière ?

À la sortie de l'usine PSA de Poissy (Yvelines), la même crainte chez les ouvriers : perdre leur emploi dans les prochains mois. "Il y a moins d'intérimaires, les gens sont fatigués", évoque une employée. "On va se retrouver avec un personnel réduit et derrière on souffre", explique un autre. EN 2020, 15 000 emplois pourraient être supprimés dans l'industrie automobile et jusqu'à 45 000 d'ici 2035. La fin du diesel, trop polluant, est en cause. Mais aussi le passage aux véhicules électriques qui nécessitent moins de salariés. Pour faire face à ces changements, Bruno Lemaire a présenté un plan de sauvegarde.

Difficile de s'adapter

"Autant anticiper les choses. C'est mieux que de réagir dans la crise. Beaucoup de sous-traitants vont être en difficulté l'année prochaine", explique le ministre des Finances. Il annonce la création de deux fonds publics : l'un pour aider les sous-traitants à se diversifier; l'autre pour leur fournir une trésorerie. Au total, c'est près de 50 millions d'euros d'aides. Une somme financée en taxant plus les véhicules les plus polluants. Des mesures indispensables selon cet expert. "Il y a dix ans, les pouvoirs publics avaient incité les Français à acheter des diesels avec le bonus écologique. Et aujourd'hui on explique qu'il ne faut plus de moteur thermique. Pour l'industrie automobile, c'est difficile de s'adapter dans un laps de temps aussi court", souligne Flavien Neuvy.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne