Renault révoque son directeur général Thierry Bolloré, ancien dauphin de Carlos Ghosn

Le directeur général de Renault Thierry Bolloré, le 10 septembre 2019 à Francfort (Allemagne).
Le directeur général de Renault Thierry Bolloré, le 10 septembre 2019 à Francfort (Allemagne). (TOBIAS SCHWARZ / AFP)

Ce départ intervient alors qu'un renouvellement du management du partenaire japonais Nissan, dont Renault détient 43%, a été décidé cette semaine pour écarter les principaux dirigeants de l'ère Ghosn.

C'était dans l'air, c'est désormais officiel. Le conseil d'administration de Renault a révoqué, vendredi 11 octobre, le directeur général de l'entreprise Thierry Bolloré. Ancien proche de Carlos Ghosn, l'ex-PDG du constructeur accusé de malversations au Japon, il sera remplacé Clotilde Delbos, qui occupait auparavant le poste de directrice financière du groupe, "le temps de mener un processus de désignation d’un nouveau directeur général", selon le communiqué de l'entreprise publié à l'issue d'un conseil d'administration exceptionnel.

Ce départ intervient alors qu'un renouvellement du management du partenaire japonais Nissan, dont Renault détient 43%, a été décidé cette semaine pour écarter les principaux dirigeants de l'ère Ghosn. Depuis l'arrestation à Tokyo de l'ancien patron du groupe, les relations entre le management français et japonais étaient exécrables, menaçant la survie de l'alliance avec Nissan et Mitsubishi.

Dans un entretien aux EchosThierry Bolloré avait dénoncé par avance un "coup de force inquiétant" et un risque de destabilisation. Ce à quoi le ministère de l'Economie avait répondu faire "confiance à Jean-Dominique Senard [le PDG de l'entreprise] pour proposer au conseil d'administration les décisions nécessaires pour mettre en œuvre la stratégie de l'alliance et de Renault soutenue par l'Etat actionnaire"

Vous êtes à nouveau en ligne