Le Liban a reçu une demande d'arrestation d'Interpol visant Carlos Ghosn

Des journalistes japonais écoutant la conférence de presse de Carlos Ghosn, à Tokyo (Japon), le 9 avril 2019.
Des journalistes japonais écoutant la conférence de presse de Carlos Ghosn, à Tokyo (Japon), le 9 avril 2019. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

L'ex-patron de Renault-Nissan a fui le Japon pour le Liban, où sonlieu de résidence reste inconnu.

Le Liban a reçu une demande d'arrestation d'Interpol visant Carlos Ghosn, a annoncé jeudi 2 janvier le ministre de la Justice libanais. "Le parquet général (...) a reçu une notice rouge d'Interpol concernant le dossier Carlos Ghosn", a indiqué Albert Sarhane, cité par l'agence de presse officielle ANI. Au terme d'une fuite rocambolesque, l'ex-patron de Renault-Nissan est arrivé lundi au Liban, où son lieu de résidence reste inconnu. France Télévisions s'est procuré une photo prouvant qu'il a bien passé le réveillon du Nouvel an à Beyrouth, en famille.

Carlos Ghosn et son épouse Carole Ghosn, le 31 décembre 2019, à Beyrouth (Liban).
Carlos Ghosn et son épouse Carole Ghosn, le 31 décembre 2019, à Beyrouth (Liban). (FRANCE TELEVISIONS)

Le gouvernement libanais n'a pas précisé dans l'immédiat l'attitude qu'il envisageait d'adopter vis-à-vis de la demande d'Interpol. L'organisation de coopération policière n'émet pas de mandats d'arrêt et ne peut déclencher ni enquêtes ni poursuites, mais les pays membres et les tribunaux internationaux peuvent demander la publication de "notices rouges". Les avis de recherche internationaux d'Interpol s'appuient sur des mandats d'arrêt nationaux, dont les informations qu'ils contiennent sont transmises aux autres membres via une base de données sécurisée.

Une arrivée au Liban "légale", selon les autorités

Interpol n'a donc pas le pouvoir de faire arrêter Carlos Ghosn par la force, ou d'imposer une quelconque décision au Liban, selon l'ancien ministre de la Justice libanais et spécialiste juridique Ibrahim Najjar, interrogé mercredi. Par ailleurs, le droit libanais ne permet pas aux autorités de livrer un de ses ressortissants à un pays étranger.

Les autorités libanaises avaient déjà annoncé que Carlos Ghosn était entré "légalement" dans le pays, avec un passeport français et une carte d'identité libanaise, selon une source à la présidence. De son côté, la Sûreté générale avait assuré que rien n'imposait "l'adoption de procédures à son encontre" ni "l'exposait à des poursuites judiciaires" au Liban.

Vous êtes à nouveau en ligne