Japon : immersion dans un centre de rétention

France 2

Au Japon, les conditions de rétention sont très dures dans tout le pays. Les équipes d'"Envoyé spécial" se sont rendues sur place pour filmer la vie des prisonniers nippons.

Il y a un an, Carlos Ghosn était incarcéré au Japon. Les conditions de rétention y sont très dures. Exceptionnellement, une équipe de journalistes a pu rentrer dans un pénitencier japonais. L'établissement est présenté comme un établissement modèle. Les gardes ne sont pas armés et les détenus semblent être respectés. Les prisonniers ne sont néanmoins jamais appelés par leur nom et doivent énoncer leur matricule quand les gardes font l'appel.

Le règne de l'obéissance totale

Chacun de leur déplacement est contrôlé. Les prisonniers n'ont également pas le droit de parler. Ils peuvent chuchoter lors de leurs 30 minutes d'exercices quotidiens. Leurs repas durent 13 minutes et sont chronométrés. Après avoir mangé, ils doivent attendre le son d'un minuteur pour quitter la table. Au Japon, le travail est obligatoire pour les détenus. Ils peuvent également prendre des cours de dessin. Ils ont interdiction de s'adresser directement au professeur et doivent attendre l'autorisation d'un gardien.

"Japon, des prisonniers au pas", une enquête à découvrir en intégralité dans "Envoyé spécial", diffusé jeudi 21 novembre dès 21h05 sur France 2.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne