Fuite de Carlos Ghosn : plusieurs arrestations et une enquête ouverte en Turquie

Des policiers positionnés devant une réisdence appartenant à Carlos Ghosn, l\'ex-patron de Renault-Nissan, le 31 décembre 2019 à Beyrouth (Liban).
Des policiers positionnés devant une réisdence appartenant à Carlos Ghosn, l'ex-patron de Renault-Nissan, le 31 décembre 2019 à Beyrouth (Liban). (ANWAR AMRO / AFP)

Selon l'agence de presse DHA, la police a interpellé et placé en garde à vue sept personnes, dont quatre pilotes d'avion.

L'affaie Carlos Ghosn rebondit en Turquie. Les autorités turques ont interpellé jeudi 2 janvier plusieurs personnes soupçonnées d'avoir aidé l'ancien patron de Renault et à se rendre au Liban depuis Istanbul, après sa fuite du Japon où il est accusé de malversations financières.

Selon l'agence de presse DHA, la police a interpellé et placé en garde à vue sept personnes, dont quatre pilotes, soupçonnées d'avoir aidé Carlos Ghosn à se rendre au Liban depuis un aéroport d'Istanbul, où il avait atterri en provenance du Japon.

Le ministère de l'Intérieur a ouvert une enquête pour déterminer les conditions dans lesquelles l'homme d'affaires a pu transiter par la capitale économique turque, a rapporté la chaîne d'information NTV.

Il aurait changé de jet à Istanbul

La fuite de Carlos Ghosn du Japon, où il était assigné à résidence après avoir passé 130 jours en prison, constitue un spectaculaire rebondissement dans une affaire hors normes qui a vu la chute de l'un des plus puissants patrons de l'automobile.

D'après le quotidien turc Hürriyet, l'ex-patron de Renault et Nissan est soupçonné d'avoir atterri à l'aéroport Atatürk, aujourd'hui fermé aux vols commerciaux mais encore utilisé par des appareils privés, et d'en être reparti vers le Liban peu de temps après à bord d'un autre jet privé.

Vous êtes à nouveau en ligne