Carlos Ghosn : une liberté très surveillée au Japon

FRANCE 3

Libéré sous conditions mercredi 6 mars, Carlos Ghosn reste néanmoins sous très haute surveillance à Tokyo (Japon).

Son mari est libre depuis le mercredi 6 mars et chacune de ses sorties dans les rues de Tokyo (Japon) est suivie par une horde de micros, jusque dans l’épicerie du coin. Dans la matinée du samedi 9 mars, pour la première fois, madame Ghosn a décidé de lâcher quelques mots. "On n’est pas prêts à parler, a confié Carole Ghosn. Donc, s’il vous plaît laissez-nous tranquilles."

Pas de procès avant six mois

Pour son 65e anniversaire, Carlos Ghosn est donc libre, mais sous conditions. Libre par exemple de sortir en ville où bon lui semble, à pied, en voiture, mais contraint de résider dans un immeuble de Tokyo, sans charme. Pas forcément luxueux pour celui qui a dépensé huit millions d’euros afin de sortir de prison. 24 heures sur 24 des caméras surveillent entrées et sorties. Carlos Ghosn est de plus privé de connexion internet dans son appartement et n’est pas autorisé à envoyer des SMS ou à passer des coups de téléphone. Son procès n’aura pas lieu avant au moins six mois et il ne sera pas, d’ici là, autorisé à quitter le Japon.    

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne