Carlos Ghosn clame son innocence dans une vidéo

FRANCE 2

Dans une vidéo rendue publique mardi 9 avril, l'ancien patron de Nissan, soupçonné de malversations financières, livre sa version des faits. Il se dit victime de conspirations et cite des noms.

Face à la caméra, sur fond blanc, la voix calme, Carlos Ghosn clame son innocence. Il a enregistré cette vidéo juste avant sa dernière arrestation et l'a diffusée, mardi 9 avril, par l'intermédiaire de ses avocats japonais. D'abord, l'ex-PDG se pose en victime : "Il s'agit d'un complot. Il ne s'agit pas de cupidité ou de dictature, mais d'un complot. C'est une conspiration, littéralement un coup de poignard dans le dos", martèle-t-il. Carlos Ghosn cite des noms, mais ceux-ci ont été coupés au montage par ses avocats. Il explique cependant la raison d'un supposé complot mené contre lui. "Il y avait la crainte que la prochaine étape de l'alliance Nissan-Renault, en termes de convergence et d'orientation vers une fusion, ne menace certaines personnes, voire, à terme, l'autonomie de Nissan", explique-t-il.

Des conduites contraires à l'éthique

D'après lui, les dirigeants de Nissan voulaient l'évincer et ses déboires judiciaires ne devraient rien au hasard, a fait savoir son avocat français, Me Jean-Yves Leborgne. "Le patron français a disparu. La mainmise de cet actionnaire important (...) la mainmise du français a disparu, n'était-ce pas le but poursuivi ?", interroge-t-il. Nissan n'a pas répondu aux accusations, mais le groupe a tout de même fait savoir qu'une "enquête interne" a montré "des preuves substantielles de conduite contraire à l'éthique". Lundi 8 avril, Carlos Ghosn a été révoqué du conseil d'administration.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne