Carlos Ghosn a transféré plus de 800 000 dollars à un complice présumé de sa fuite, selon des procureurs américains

L\'ancien dirigeant de l\'alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn, lors d\'une conférence de presse à Beyrouth (Liban), le 8 janvier 2020. 
L'ancien dirigeant de l'alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn, lors d'une conférence de presse à Beyrouth (Liban), le 8 janvier 2020.  (JOSEPH EID / AFP)

Un document de justice déposé mardi auprès d'un tribunal fédéral du Massachusetts montre deux transferts d'argent en octobre 2019, de 540 000 et 322 500 dollars, depuis un compte bancaire parisien vers une société dirigée par l'un des deux complices présumés de Carlos Ghosn. 

L'enquête sur la fuite de Carlos Ghosn vers le Liban se poursuit. L'ancien dirigeant de l'alliance Renault-Nissan a transféré l'an dernier 862 500 dollars à une société, dirigée par l'un des deux hommes soupçonnés de l'avoir aidé à fuir le Japon, ont déclaré des procureurs américains dans un document de justice déposé mardi 7 juillet auprès d'un tribunal fédéral du Massachusetts. 

Le document montre deux transferts d'argent en octobre dernier, de 540 000 et 322 500 dollars, depuis un compte bancaire parisien vers Promote Fox LLC, une société dirigée par Peter Taylor et l'un de ses frères.

Cette annonce intervient moins de vingt-quatre heures après que Peter Taylor et son père, Michael Taylor, suspectés d'avoir participé à la fuite de Carlos Ghosn en fin d'année dernière, ont émis une requête auprès d'un juge américain pour demander leur libération sous caution. Tokyo avait officiellement demandé la semaine dernière aux Etats-Unis l'extradition de ces deux hommes.

Les complices présumés incarcérés aux Etats-Unis

Aux yeux des procureurs, qui ne précisent pas la somme touchée directement par les Taylor, ce transfert d'argent constitue une "preuve supplémentaire" que les deux hommes ont les ressources pour fuir et doivent donc être maintenus en prison.

Michael et Peter Taylor sont détenus dans un centre correctionnel du Massachusetts, dans lequel 36 prisonniers et membres du personnel pénitentiaire ont été testés positifs au coronavirus. Des avocats des suspects ont demandé la libération sous caution de leurs clients, évoquant des arrestations injustifiées.

Vous êtes à nouveau en ligne