Fuite de Carlos Ghosn : l'ancien patron a quitté seul sa résidence à Tokyo, selon des images de vidéosurveillance

Les caméras de surveillance situées à l\'entée de la résidence japonaise de Carlos Ghosn, vendredi 3 janvier 2020 à Tokyo.
Les caméras de surveillance situées à l'entée de la résidence japonaise de Carlos Ghosn, vendredi 3 janvier 2020 à Tokyo. (BEHROUZ MEHRI / AFP)

La police japonaise soupçonnait l'homme d'affaires d'avoir rejoint un complice. Mais la vidéosurveillance n'a pas révélé de présence suspecte à ses côtés.

Les circonstances de la rocambolesque fuite de Carlos Ghosn se précisent. La vidéosurveillance a révélé que l'ancien patron de Renault et Nissan avait quitté seul sa résidence à Tokyo avant de fuir au Liban via Istanbul, affirment plusieurs médias japonais vendredi 3 janvier.

>> Quatre questions qui se posent après la fuite de Carlos Ghosn au Liban

Captées dimanche vers midi (heure locale), ces images de Carlos Ghosn sont les dernières à avoir été saisies par une caméra placée près de l'entrée de son domicile pour surveiller ses allées et venues, indique la chaîne publique NHK (en anglais).

La vidéo n'a pas révélé de présence suspecte à ses côtés à ce moment-là, alors que la police japonaise soupçonnait l'homme d'affaires d'avoir rejoint un complice avant de quitter Tokyo.

Sept interpellations en Turquie

Carlos Ghosn a assuré jeudi avoir organisé "seul" son départ au Liban, sans toutefois livrer de détails sur cette fuite rocambolesque. Son trajet aérien semble en tout cas plus certain. L'ancien patron de Renault est soupçonné d'avoir embarqué dans un jet privé à l'aéroport du Kansai, près d'Osaka, dimanche 29 décembre tard dans la soirée.

Après une brève escale lundi aux aurores à l'aéroport Atatürk d'Istanbul (Turquie), utilisé par les avions cargo et pour des vols privés, Carlos Ghosn a pris un autre jet privé pour gagner Beyrouth peu après.

Son domicile à Tokyo a été perquisitionné jeudi par les enquêteurs japonais, tandis que sept personnes, dont quatre pilotes, ont été interpellées en Turquie dans le cadre d'une enquête ouverte pour comprendre les circonstances de son transit par ce pays.

Vous êtes à nouveau en ligne