"Bien sûr qu’on prend des photos !" : Carlos Ghosn traqué par la presse japonaise depuis sa sortie de prison

Carlos Ghosn, dans les rues de Tokyo le 8 mars 2019, deux jours après sa libération sous caution.
Carlos Ghosn, dans les rues de Tokyo le 8 mars 2019, deux jours après sa libération sous caution. (Kyodo/MAXPPP)

Depuis sa sortie de prison mercredi, l'ancien patron de Renault-Nissan est la cible privilégiée des photographes et des caméras qui suivent ses moindres allers et venues.

Depuis sa sortie de prison sous caution mercredi 6 mars et dans l’attente de son procès dont la date n'est pas encore fixée, Carlos Ghosn est traqué par la presse japonaise. L’ancien président de l’alliance Renault-Nissan ne peut plus se déplacer sans être poursuivi par les télévisions et les photographes nippons, mais aussi par des curieux.

Aujourd'hui, Carlos Ghosn vit en résidence surveillée dans un immeuble de standing moyen, à dix minutes à pied de la folie de Shibuya, le quartier jeune et branché de la capitale japonaise. Il a suffi d’une photo de l’homme d’affaires avec en arrière-plan l’adresse bien visible, diffusée sur tous les réseaux sociaux, pour que tout le monde sache où il vit.

>> Vidéosurveillance, accès limité à internet, passeports confisqués... Les détails du contrôle judiciaire de Carlos Ghosn

"Bien sûr qu’on prend des photos ! On est sur place pour saisir les expressions de son visage, comment il se sent, ce qu’il a à dire..." explique un jeune photographe d'un grand journal japonais.

En étant là tout le temps, sur la durée, en se relayant, ça permet de comprendre ce qu’il vit en détail.Un photographe japonaisà franceinfo

Dès que Carlos Ghosn quitte son immeuble, il est pris en chasse. Dans la rue, les gens demandent ce qu'il se passe et pourquoi tous ces journalistes sont là. Une vieille dame, voisine de Carlos Ghosn s'est habituée à ce tumulte. "D’après ce que je sais, il habite au troisième étage. Je l’ai aperçu avant-hier, je l’ai vu de dos avec sa femme et sa fille. Bien sûr, je ne lui ai pas adressé la parole. J’ai fait le rapprochement avec les images qui passent sur toutes les télévisions, où on voit Carlos Ghosn avec ses lunettes et son masque de protection sur le visage, à sa sortie de prison. C'est là que j’ai compris pourquoi il y avait autant de journalistes devant l’immeuble".

Le prochain épisode de la "saga Ghosn" sera sa conférence de presse dont la date n'est pas encore fixée. "Le monde nous regarde" a déclaré l'avocat de l’ancien grand patron de l’automobile.

Carlos Ghosn en liberté surveillée - Reportage de Dominique André
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne