Air France : les syndicats divisés sur le bilan d'Alexandre de Juniac

(Le départ après trois ans de mandat de ce patron, charismatique pour les uns, trop clivant pour les autres, est une surprise © MaxPPP)

Pendant les trois ans passés à la tête du groupe Air France-KLM, son pugnace PDG, Alexandre de Juniac, a redressé mais parfois brusqué un groupe qui était à son arrivée à la limite du décrochage. Les syndicats sont mitigés sur ce départ.

Le départ annoncé du PDG d'Air France-KLM divise les syndicats de la compagnie. Pour le CGT, il a semé la "violence sociale", accuse sur France Info le secrétaire général, Miguel Fortea : "Lorsqu'il est arrivé chez nous, la seule chose qu'il a tenté de faire, c'est d'opposer les salariés entre eux : les pilotes, les personnels au sol, les naviguants. Ce sont des milliers de suppressions d'emplois qui ont eu lieu depuis son arrivée ", ajoute-t-il.

Une analyse combattue par la CFE-CGC, principal syndicat d'Air France. Son secrétaire général, Ronald Noirot, salue sur France Info un "grand patron qui a su redresser l'entreprise.  La violence sociale, je ne suis pas certain qu'elle soit du fait du PDG mais beaucoup plus de gens qui étaient là pour jouer les agitateurs et qui n'ont pas su se réfréner ", lâche-t-il, précisant qu'il est en procès avec son collègue de la CGT sur des propos qu'il a tenus.

Accusant le SNPL, le syndicat des pilotes de ligne, de bloquer les négociations sur la restructuration de la compagnie et le développement de Transavia, sa filiale à bas-coût, il espère que le prochain PDG sera "de la trempe d'Alexandre de Juniac" .

Vous êtes à nouveau en ligne