Salon aéronautique du Bourget : le succès des programmes d'avions électriques

Le véhicule électrique et monoplace de Airbus présenté le 18 juin au Bourget.
Le véhicule électrique et monoplace de Airbus présenté le 18 juin au Bourget. (ERIC PIERMONT / AFP)

Airbus et Safran, entre autres, investissent dans des projets d'appareils 100% électriques.

Après les professionnels, le salon international de l'aéronautique et de l'espace de Paris-Le Bourget ouvre ses portes au public à partir du vendredi 21 juin. Jusqu'au dimanche 23 juin, les visiteurs ont l'occasion de découvrir les modèles de demain. Face au débat actuel sur le recours à l'avion pour de petites distances et la nécessité pour le secteur de réduire son bilan carbone, les programmes d'avions électriques se multiplient. 

Un taxi volant électrique dans les prochaines années ?

C'est le cas du démonstrateur d'Airbus 100% électrique qui trône sur le tarmac du Bourget. Glenn Llewellyn, responsable de la recherche en électrification au sein de l'avionneur, imagine très bien ce taxi volant au-dessus de Paris d'ici quelques années : "C'est un véhicule volant qui peut atterrir et décoller verticalement. Il est destiné à faire environ 60 km. Dans certaines villes, cela prend une heure pour aller du centre à l'aéroport. Avec ce type de véhicule on peut imaginer le même trajet en 15 minutes."  

Dans la course à l'électrification, Safran a aussi une carte à jouer. Le motoriste français multiplie les projets, mais le responsable de l'innovation du groupe ne croit pas à des trajets en avions électriques dans les prochaines années. "Il y a deux paramètres qui influent sur la faisabilité des systèmes électriques, explique Stéphane Cueille. D'abord, la taille de l'avion : plus on monte en puissance, plus la technologie est couteuse et compliquée. Et puis, il y a la distance. Là, c'est la masse des batteries qui est très pénalisante. Je rappelle que les batteries électriques actuelles sont 60 fois plus lourdes que pour le kérosène. Sur une voiture c'est acceptable, mais sur un avion c'est très difficile à compenser."

Easyjet veut un Paris-Londres 100% électrique

Chez Easyjet, en revanche, on n'affiche pas la même prudence. "Notre objectif c'est d'avoir des avions électriques de 150 places", assure Reginald Otten, directeur adjoint France de la compagnie. "L'avion électrique a une durée de trajet réduite, donc on s'est fixé des objectifs sur des routes plus courtes, par exemple un Paris-Londres. Cela représente environ 20% du réseau, c'est-à-dire de toutes les liaisons Easyjet actuelles."

Easyjet affiche donc un objectif ambitieux pour certains, irréalistes selon d'autres : faire voler ses passagers entre Paris et Londres dans des avions 100% électriques à horizon 2030.

Vous êtes à nouveau en ligne