Privatisation d'ADP : "Le RIP est probablement une manière de permettre une respiration" démocratique, pour le président du Medef

RADIO FRANCE / FRANCEINFO

Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef, a estimé, lundi sur franceinfo, que "l'élection ne suffit pas à valider un certain nombre de propositions".

Depuis jeudi 13 juin, les Français peuvent se prononcer sur le site du ministère de l'Intérieur pour soutenir l'organisation d'un RIP autour de la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP). Si Geoffroy Roux de Bézieux est "favorable à la privatisation d'ADP", le président du Medef dit, lundi 17 juin, "pourquoi pas" au référendum d'initiative partagée sur "le principe".

On sent qu'il y a une forme de demande et de frustration.

Geoffroy Roux de Bézieux

à franceinfo

"On sent que la vie démocratique a besoin de plus de respiration et que l'élection ne suffit pas à valider un certain nombre de propositions", estime Geoffroy Roux de Bézieux. Selon le président du Medef, "le RIP est probablement une manière de permettre une respiration. Attention à ne pas tomber dans la Suisse où on vote pour tout et n'importe quoi tout le temps".

Concernant la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP), Geoffroy Roux de Bézieux estime que "depuis 30 ans, on peut considérer que le rôle d'actionnaire de l'État n'a pas été très performant. Après il peut rester actionnaire dans des actifs stratégiques. Je pense qu'un bon gestionnaire d'aéroport ce n'est pas forcément l'Etat, par contre dans des entreprises stratégiques de technologie la question peut se poser".

Vous êtes à nouveau en ligne