Privatisation d'ADP : ce projet est "une ineptie économique", fulmine Boris Vallaud (PS)

France 2

Le porte-parole du Parti socialiste espère pouvoir rassembler les 4,7 millions de signatures nécessaires pour organiser un référendum d’initiative partagée.

Les Républicains, La France insoumise, Parti socialiste... Des élus issus de tout bord politique se sont retrouvés mercredi 19 juin à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) pour une réunion publique destinée à lancer la collecte des signatures contre la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP). Un groupe éclectique voué à montrer que ce débat "n'est pas partisan parce qu'il transcende les partis", explique le porte-parole du Parti socialiste, Boris Vallaud, sur le plateau des "4 Vérités", jeudi matin.

Le député des Landes affirme que partout dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale, des élus se sont rendus compte que le projet de privatisation d'ADP était "une ineptie sur le plan économique" et un "non-sens sur le plan stratégique".

"Les Français convaincus de la justesse du combat"

Marine Le Pen, qui appelle pourtant ses électeurs à voter sur le site du gouvernement pour contrer le projet, n'était pas invitée mercredi soir. "Le choix qui était le nôtre était de [constituer] un 'arc républicain'. Dans ce cadre-là, on n'a pas considéré que le Rassemblement national avait sa place dans cette initiative", développe Boris Vallaud.

L'élu se montre toutefois confiant sur le fait de parvenir à atteindre le quorum de 4,7 millions de signataires, nécessaire pour mener un référendum d'initiative partagée. "On peut y arriver parce que les Français sont très convaincus de la justesse de notre combat (...) Je dis aux Françaises et aux Français, aux électeurs et aux électrices : 'Munissez-vous de votre carte d'électeur et allez sur le site qui permet de soutenir cette initiative'", conclu le député.

Vous êtes à nouveau en ligne