Les vols en concurrence directe avec les lignes de TGV pourraient être supprimés

franceinfo

Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, souhaiterait revoir les liaisons aériennes qui peuvent se faire en 2h30 de TGV. Cela concernerait les vols entre Paris et Bordeaux, par exemple.

Pour le secteur aérien, les turbulences sont au sol et elles sont économiques. Avec une chute de 80% du nombre de vols par rapport à 2019, certaines compagnies ont déjà prévu des licenciements, comme Air Canada, British Airways ou encore Ryanair. Air France, qui n'a pu assurer que 4% de ses vols, va bénéficier d'un prêt garanti par l'Etat. Mais le gouvernement français exige de la compagnie aérienne de la compétitivité, de la rentabilité et des progrès sur l'aspect environnemental.

Une rentabilité loin d'être assurée

Cela pourrait conduire la compagnie à supprimer des vols en concurrence directe avec les lignes de TGV, comme un trajet entre Paris et Bordeaux par exemple. Avec une reprise du trafic, la rentabilité des vols est loin d'être assurée, car les compagnies doivent appliquer les mesures de distanciation sociale d'un siège sur trois en raison du coronavirus.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne