Emploi : la compagnie aérienne Aigle Azur vers un redressement judiciaire

FRANCE 2

Près de 1 200 salariés de la compagnie aérienne Aigle Azur, numéro 2 en France, sont très inquiets. Elle va être placée en redressement judiciaire et les employés dénoncent une mauvaise gestion de leur direction.

Aigle Azur est en pleines turbulences. La deuxième compagnie française est assommée par les dettes : près de 40 millions d'euros. Lundi 2 septembre au matin, devant le siège de la compagnie, alors qu'un comité d'entreprise est organisé, les syndicats sont inquiets. "S'il y a une ouverture de la procédure de redressement et qu'on a pas d'offre de reprise, il n'y a plus d'Aigle Azur, c'est ce qui nous fait peur", explique Emira Grondin, représentante syndicale UNSA. "Il y a quand même 1 200 emplois en jeu, 800 en France, plusieurs centaines en Algérie, un petit peu au Mali", rappelle Loïc Philippot, vice-président SNPL d'Aigle Azur.

La procédure de redressement judiciaire vient d'être annoncée aux salariés

C'est une semaine rocambolesque pour les salariés de la compagnie. Lundi 26 août, le PDG Frantz Yvelin est écarté par l'un des actionnaires qui dénonce la réduction des vols vers l'Algérie, activité historique du groupe, et une mauvaise gestion. "L'entreprise a enchaîné les mauvaises décisions (...) en lançant sans préparation des lignes européennes, soit une perte de 27 millions d'euros", a assuré Gérard Houa dans le JDD. Mais coup de théâtre deux jours plus tard, la justice est saisie et l'actionnaire est prié de quitter la direction. Le PDG écarté deux jours plus tôt est alors rétabli dans ses fonctions. La procédure de redressement judiciaire vient d'être annoncée aux salariés. Le tribunal pourrait l'officialiser dans l'après-midi du 2 septembre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne