Des inspections préconisées sur les plus anciens A380 en raison de fissures sur les ailes

Un Airbus A380 à l\'aéroport Daxing International de Pékin (Chine), le 13 mai 2019.
Un Airbus A380 à l'aéroport Daxing International de Pékin (Chine), le 13 mai 2019. (YANG YANG / IMAGINECHINA / AFP)

Airbus a confirmé la découverte de "petites fissures" "sur les longerons d'ailes". L'Agence européenne de la sécurité aérienne ne préconise toutefois pas de clouer ces appareils au sol.

L'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) a préconisé, mardi 9 juillet, l'inspection des 25 exemplaires les plus anciens de l'A380 d'Airbus. En cause : la découverte par l'avionneur européen de fissures sur les ailes de certains appareils. Si l'agence ne préconise pas de clouer au sol les avions incriminés, elle indique que ce problème, faute d'être "détecté et corrigé", serait susceptible de "réduire l'intégrité structurelle des ailes".

Airbus, qui dit soutenir la décision de l'AESA, a déclaré que cette proposition de directive n'empêchait pas ses A380 de voler en toute sécurité. "Nous confirmons que de petites fissures ont été découvertes sur les longerons d'ailes (...) des premiers A380 produits, explique Airbus dans un communiqué. Nous avons identifié le problème et mis au point un programme d'inspections et de réparations."

En 2012, Airbus avait déjà découvert des fissures dans les ailes de plusieurs exemplaires du très gros porteur qui avaient nécessité des réparations.

Vous êtes à nouveau en ligne