Déflagration à Paris : un Rafale a franchi le mur du son dans le ciel d'Ile-de-France

France 3

Un bruit a fait trembler les parisiens mercredi 30 septembre matin. Il s'agissait en réalité d'un Rafale en pleine intervention qui a franchi le mur du son dans le ciel d’Ile-de-France.

À 11h52, mercredi 30 septembre, sur le court Suzanne-Langlen à Roland-Garros, le tennisman allemand Dominik Koepfer s’apprête à servir quand un bruit inconnu éclate. Ce dernier est entendu dans presque toute l'Ile-de-France. Il ne s'agissait finalement pas d'une déflagration ni d'une explosion. Ce bang supersonique provenait en réalité d'un Rafale. 

Une onde de choc

En fin de matinée, les autorités ont perdu le contact avec un aéronef en direction de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor). Le Rafale est alors au-dessus de Créteil (Val-de-Marne). Pour rejoindre l’appareil le plus vite possible, il franchit alors le mur du son. "Ce bruit un peu spécifique, c’est le bruit d’une onde de choc. Lorsqu’il est supersonique, le Rafale passe devant le mur du son et crée cette onde de choc", explique le colonel Stéphane Spet, porte-parole de l’armée de l’Air et de l’Espace. Après avoir retrouvé la liaison radio, le Rafale a achevé sa mission et s'est posé à Évreux (Eure). 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne