Aéroport de Toulouse : énorme plus-value pour un consortium chinois, qui revend ses parts

Le groupe chinois qui avait racheté une partie du capital de l'aéroport de Toulouse-Blagnac (Haute-Garonne) fin 2014, vient de revendre ses parts au groupe Eiffage. En cinq ans, il a réalisé plus de 190 millions d'euros de plus-value. 

C'est une très bonne affaire pour le consortium. Quatre ans après son achat, il revend déjà ses parts, 49,9%, le reste étant détenu par l'État et des actionnaires locaux. En 2015, l'État avait cédé une partie du gâteau aux Chinois pour 308 millions d'euros. Aujourd'hui, ils réalisent une plus-value de 192 millions d'euros en revendant leurs parts à Eiffage. 

"C'est un fonds spéculatif"

Xavier Tytelman, expert aéronautique, dénonce une manœuvre financière du groupe chinois. "Il a fait tout ce qu'il pouvait pour augmenter artificiellement les bénéfices. Le groupe a même vidé des réserves qui étaient là depuis des années. Il a récupéré des bénéfices et va effectuer une revente à 500 millions d'euros pour le groupe Eiffage. Non seulement, beaucoup d'argent est gagné sur le long terme, mais, en plus, il n'y a aucun investissement. C'est un fonds spéculatif." 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne