Abattoir du Gard : une enquête ouverte pour des cas de maltraitance

(L'abattoir du Vigan dans le Gard est un établissement certifié "bio" © MaxPPP)

Le ministre de l'agriculture, Stéphane Le Foll, a demandé mardi l'ouverture d'une enquête sur l'abattoir du Vigan, dans le Gard. L'établissement "certifié bio" est fermé à titre conservatoire. Une association de défense des animaux avait révélé des cas de maltraitance.

Des moutons violemment jetés ou encore un employé qui s'amuse à électrocuter les bêtes. Ces images de l'abattoir du Vigan dans le Gard ont suscité une vague d'indignations. "Les actes de maltraitance seront sanctionnés", a réagi mardi le ministre de l'agriculture, Stéphane Le Foll, qui parle de "pratiques intolérables".

Le procureur de la République d'Alès a ouvert une enquête préliminaire. Quant aux élus en charge de l'établissement, ils ont décidé sa fermeture à titre conservatoire. 

"Regarder avec honnêteté la réalité de l'abattage"

Tout est parti d'une plainte et d'une vidéo de l'association de défense des animaux L214 révélée par France Bleu Gard Lozère. C'était elle déjà qui était à l'origine du scandale dans un autre abattoir du Gard, à Alès. Cette fois-ci, il s'agit d'un petit établissement "certifié bio " et qui "travaille en circuit court ", précise l'association. Pour sa porte-parole, Brigitte Gothière, "il est temps de regarder en face et avec honnêteté la réalité de l'abattage des animaux ". 

Ce nouveau scandale met en colère Christian Le Lann, le président de la Confédération française de la boucherie. "On a affaire à des gens qui sont des pervers qui aiment faire souffrir les animaux. " Il demande qu'ils "soient traduits devant des tribunaux ". 

"Mes collègues sont dégoûtés", Christian Le Lann, président de la Confédération française de la boucherie
--'--
--'--