Dia : cessation d'activités en France ?

C'est confirmé, le groupe espagnol Dia veut mettre fin à toutes ses activités en France. Il annonce la mise en vente de ses magasins. Le hard-discount se porte de moins en moins bien. Les hypermarchés ont aussi eu une politique agressive sur les prix. Dia en France, c'est 7.500 emplois. C'est un magasin Dia à vendre dans la banlieue de Rennes. Comme toutes les autres supérettes de l'enseigne en France. Cette annonce inquiète cette caissière depuis 9 ans. On n'a pas des salaires mirobolants ni un travail super mais on a un travail. Si on se retrouve sans travail, que va-t-on devenir. L'enseigne est arrivée en France en 2000. Son chiffre d'affaires est en chute libre. 11% l'an dernier. Dia, c'est 865 magasins en France, 9 entrepôts et 7 500 salariés. L'an dernier, le groupe a déjà fermé une quarantaine de points de vente. Cet entrepôt est menacé par un plan de suppression de postes. On ne sait pas où on se retrouvera. On attend, on attend. J'ai 3 enfants à nourrir, je fais comment. Même si un repreneur fait une offre, les syndicats craignent des centaines de licenciements. Et à terme la fermeture de 200 magasins déficitaires. On a de grosses difficultés en province, là où il y a des concurrents. La concurrence est menée par les hypermarchés traditionnels qui frappent tous les hard-discount. En 2008, la part de marché de ces épiceries à bas coûts atteignait 15%. Elle a baissé à 12,4% en 2013. Les enseignes classiques ont multiplié les promotions. Résultat : les clients ne voient plus l'intérêt de faire leurs courses chez les hard-discounters. Les prix des grandes enseignes commencent à être pareils que les hard-discount. J'y trouve mon compte mais je ne ferai pas un caddy ici. Carrefour et Casino seraient acquéreurs des magasins Dia. En attendant, les points de vente restent ouverts.

C'est confirmé, le groupe espagnol Dia veut mettre fin à toutes ses activités en France. Il annonce la mise en vente de ses magasins. Le hard-discount se porte de moins en moins bien. Les hypermarchés ont aussi eu une politique agressive sur les prix. Dia en France, c'est 7.500 emplois.

C'est un magasin Dia à vendre dans la banlieue de Rennes. Comme toutes les autres supérettes de l'enseigne en France. Cette annonce inquiète cette caissière depuis 9 ans.

On n'a pas des salaires mirobolants ni un travail super mais on a un travail. Si on se retrouve sans travail, que va-t-on devenir.

L'enseigne est arrivée en France en 2000. Son chiffre d'affaires est en chute libre.

11% l'an dernier. Dia, c'est 865 magasins en France, 9 entrepôts et 7 500 salariés. L'an dernier, le groupe a déjà fermé une quarantaine de points de vente. Cet entrepôt est menacé par un plan de suppression de postes.

On ne sait pas où on se retrouvera.

On attend, on attend.

J'ai 3 enfants à nourrir, je fais comment.

Même si un repreneur fait une offre, les syndicats craignent des centaines de licenciements. Et à terme la fermeture de 200 magasins déficitaires.

On a de grosses difficultés en province, là où il y a des concurrents.

La concurrence est menée par les hypermarchés traditionnels qui frappent tous les hard-discount. En 2008, la part de marché de ces épiceries à bas coûts atteignait 15%. Elle a baissé à 12,4% en 2013. Les enseignes classiques ont multiplié les promotions. Résultat : les clients ne voient plus l'intérêt de faire leurs courses chez les hard-discounters.

Les prix des grandes enseignes commencent à être pareils que les hard-discount.

J'y trouve mon compte mais je ne ferai pas un caddy ici.

Carrefour et Casino seraient acquéreurs des magasins Dia. En attendant, les points de vente restent ouverts.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne