Les sujets du jour
Sommet du G7AmazonieBrexitMigrantsCrise politique en ItalieMort de Simon Gautier en Italie

"Une mare infecte", "des trucs qui flottent" : à Marseille, plusieurs plages ont déjà fermé depuis le début de l'été

À Marseille, plage interdite à la baignade, le 7 juin 2019, pour des raisons de pollution. (MAXPPP)

Les vacanciers se plaignent d'une eau polluée, la mairie de Marseille relativise.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"En ressortant de l'eau, les nageurs ont dit qu'ils venaient de patauger dans une mare infecte." Le week-end du 21 juillet, les participants au triathlon de Marseille ont mal vécu l'épreuve de natation. "Ça sentait pas bon, c'était un peu 'merdouilleux' et pas très ragoûtant", raconte une participante. Alors que deux millions de baigneurs vont se presser cet été sur les 21 plages de la cité phocéenne, le pavillon violet a déjà été dressé à plusieurs reprises, interdisant la baignade pour cause de pollution.

Du "Marseille bashing", selon la mairie

La polémique autour de la propreté des eaux de baignade marseillaises n'est pas nouvelle. "L'eau est chaude, mais on n'a pas trop envie de s'y mettre. Il y a des trucs qui flottent", confirme un vacancier. "On aimerait savoir ce qui est fait pour le traitement des eaux, renchérit une femme. On voit les drapeaux d'interdiction de baignade, mais on n'a pas plus d'informations."

L'eau est assez trouble, c'est dommage.Une vacancière à Marseilleà franceinfo

Afin de couper court à ce qui serait du "Marseille bashing" selon la mairie, Didier Réault, l'adjoint en charge de la mer et des activités nautiques, préfère avancer des statistiques. "L'an dernier, nos plages ont été ouvertes à 94% sur l'ensemble de la période estivale, contre 91% dans le Sud-Ouest", souligne l'élu.

La problématique des orages

"Nous avions eu de nombreux orages l'an dernier, explique encore Didier Réault. Aujourd'hui le problème vient plutôt de la pratique des plages en journée, mais aussi de plus en plus la nuit. C'est cela qui provoque ces pollutions qui se retrouvent dans les analyses que nous faisons tous les jours."

Il faut relativiser cette loupe médiatique, qui donne l'impression qu'à Marseille, on ferme les plages tous les jours. Non, on en ferme quelques-unes, de temps en temps.Didier Réault, adjoint au maire de Marseilleà franceinfo

Reste un constat : à chaque orage, les eaux des caniveaux de Marseille se déversent dans la mer, et obligent à fermer les plages. Le phénomène est récurrent depuis plusieurs années. Aucune solution technique n'a été trouvée à ce jour.