Roquebrune : les touristes italiens dans le viseur des habitants

Déposer sa serviette sur la plage dès le petit matin pour réserver sa place. Cette pratique commence à agacer les habitants de Roquebrune (Alpes-Maritimes).

Ambiance caniculaire sur le littoral mentonnais. À Roquebrune (Alpes-Maritimes), les habitants sont vent debout contre les pratiques de privatisation de la plage publique par les voisins transalpins. "Ils arrivent à 6h30-7h du matin, ils déposent le parasol, les chaises longues, les serviettes. Tout est installé et puis ils repartent et reviennent à 11h. Et si vous avez le malheur de pousser leur serviette, alors là on assiste à des histoires terribles", déplore une Mentonnaise au micro de France 2.

Une charte de bonne conduite ?

Côté italien, on proteste contre cette stigmatisation. "Je laisse mes affaires, parfois je vais prendre un café et je reviens. Des fois je vais déjeuner par exemple et si on me demande gentiment de laisser l'emplacement, ça ne me pose aucun problème", confie une Italienne au micro de France 2. Pour protester contre l'occupation du domaine public, une pétition a déjà réuni 1 500 signatures. La mairie envisage également de publier une charte de bonne conduite.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne