Les ponts du mois de mai auront un impact "négligeable" sur l'économie française

2018 est une année riche en possibilités de ponts.
2018 est une année riche en possibilités de ponts. (GARDEL BERTRAND / HEMIS.FR / HEMIS.FR)

Avec quatre jours fériés dont deux en l'espace d'une semaine, le mois de mai 2018 donne des idées de week-end (très) prolongé à certains. Mais ces périodes non travaillées ne pénaliseront pas l'économie.

1er mai, 8 mai, jeudi de l'Ascension et lundi de Pentecôte... Cette année, le mois de mai ressemble à un véritable morceau de gruyère tant il est morcelé par ces jours fériés. Un casse-tête pour les employeurs qui doivent les intégrer (ainsi que les ponts qu'ils impliquent) dans leur planning d'activité. Mais ces jours impactent-ils de manière significative l'économie du pays ? Non, répond Éric Heyer, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) : "C’est effectivement un viaduc et certains salariés vont poser des jours de vacances. Mais s’ils les posent au mois de mai, ils ne les poseront pas dans les mois qui suivent."

Un surcroît d'activité pour le tourisme

L'économiste ajoute que sur l'ensemble du calendrier 2018, ces ponts représentent peu de chose : "Ce qui importe réellement pour une industrie c’est de savoir combien il y a de jours travaillés sur l’ensemble de l’année. L’année 2018 en compte un jour de plus que l’année 2017. L'INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques) évalue cela autour de 0,03 points de croissance en plus, on est donc dans du très marginal en matière de supplément de croissance ou de croissance pénalisée pour l’année 2017, qui était une année où il y avait un peu moins de jours ouvrés."

L'impact de ces jours fériés sur l'économie reste donc infime, d’autant plus que la perte générée dans certains secteurs est compensée par les gains réalisés dans d’autres, notamment dans l’hôtellerie-restauration qui bénéficie de ces ponts du mois de mai.

Vous êtes à nouveau en ligne