"Il manque 1 500 maîtres-nageurs en France", affirme le secrétaire général de la Fédération des maîtres-nageurs sauveteurs

La France fait face à un manque crucial de maîtres-nageurs sauveteurs.
La France fait face à un manque crucial de maîtres-nageurs sauveteurs. (VINCENT VOEGTLIN / MAXPPP)

Jean-Michel Lapoux, le secrétaire général de la Fédération des maîtres-nageurs sauveteurs (FMNS), a fait part de son inquiétude à France Bleu Occitanie. 

Le secrétaire général de la Fédération des maîtres-nageurs sauveteurs (FMNS), Jean-Michel Lapoux, a alerté mardi 25 juin sur franceinfo sur le manque de professionnels habilités à surveiller les baignades et à apprendre aux enfants à nager.

"Il manque 1 500 maîtres-nageurs en France", s'alarme Jean-Michel Lapoux. "Nous dénonçons la situation depuis un an et demi, deux ans, et rien ne bouge", poursuit-il. L'an dernier, il déplorait déjà sur France Inter le manque de 1 200 professionnels lors de la saison des baignades. En cause, la formation des saisonniers, jugée "beaucoup trop chère", puisqu'elle coûte entre 4 000 et 6 000 euros, et "beaucoup trop longue". En ajoutant les dépenses pour se nourrir et se loger pendant un an, "on arrive à 11 000 voire 12 000 euros, ce qui est de la folie" s'indigne-t-il.

Réformer l'examen

Le manque de maîtres-nageurs s'amplifie chaque année, à tel point que certaines piscines doivent fermer. "C'est une catastrophe. C'est évident que s'ils ne peuvent pas apprendre à nager, le nombre d'enfants noyés va continuer à augmenter", souligne le secrétaire de la FMNS. La solution, selon lui, serait de modifier le texte concernant l'examen de maître-nageur afin de le rendre accessible au plus grand nombre (lycéens, étudiants, professeurs des écoles, CRS, gendarmes et pompiers).

Vous êtes à nouveau en ligne