Houle, baïnes, courants : que faire pour éviter la noyade ?

Des baigneurs à Vias (Hérault), durant l\'été 2004.
Des baigneurs à Vias (Hérault), durant l'été 2004. ( MAXPPP)

En mer, il est impératif de respecter les règles de sécurité. Mais il arrive que les éléments nous dépassent.

Sept noyades en une journée. Le littoral de l'Hérault s'est révélé très meurtrier, dimanche 28 juillet. Depuis vendredi, neuf personnes ont trouvé la mort dans ce département, en raison de vents violents et d'une forte houle, alors que le drapeau rouge, ou orange, était sorti. 

En matière de baignade, respecter les consignes de sécurité est primordial. Il arrive pourtant, par imprudence, méconnaissance ou étourderie, que l'on se retrouve dans une situation dangereuse une fois dans l'eau. Comment réagir lorsque le courant nous emporte, qu'une vague nous assomme ou que l'on a une crampe à un endroit où l'on n'a plus pied ?

1 Ne pas nager contre le courant

Si vous êtes en difficulté, la règle numéro 1 est de ne pas s'agiter. "Ne luttez pas contre le courant et les vagues pour ne pas vous épuiser", indique l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES) dans sa brochure (PDF). Ce conseil vaut si vous êtes emporté vers le large par une vague ou un courant (notamment les "baïnes" du littoral atlantique), et ce même si le rivage vous paraît encore proche.

Contacté par francetv info, Arnaud Kurzenne, inspecteur des nageurs-sauveteurs à la Société nationale de sauvetage en mer, explique qu'il faut "nager dans le sens du courant ou se laisser dériver afin de se retrouver dans une zone sans courant". Le message vaut pour tous, y compris les personnes sportives, qui ne sont pas à l'abri d'une crampe.

2 Rester sur son matelas/surf/bodyboard

Il arrive que des surfeurs, bodyboarders ou vacanciers sur leur matelas pneumatique soient emportés au loin. Si c'est votre cas, ne tentez pas de rejoindre la côte à la nage. "Si vous avez une flottabilité, c'est une flottabilité de secours, donc il faut rester dessus. Vous aurez bien plus de chance d'être retrouvé", prévient Guillaume Christ, responsable du poste de secours à Lacanau (Gironde). "Si le vent est favorable, il est même possible qu'il vous ramène sur le rivage." 

3 Faire la planche en cas de fatigue

"Si vous êtes fatigué, allongez-vous sur le dos pour vous reposer. Vos voies respiratoires sont alors dégagées : vous pouvez respirer normalement", indique l'INPES. Et de préciser : "Ne surestimez pas votre condition physique et souvenez-vous qu’il est plus difficile de nager en milieu naturel (mer, lac, rivière) qu'en piscine." 

Se débattre présente aussi un risque quand le nageur se trouve prisonnier de la vase, que ce soit en mer ou dans un étang. Quatre enfants ont péri de cette façon dans un bassin de rétention du Val-d'Oise, fin juin. Plus que jamais, la surveillance des parents s'impose.

4 Appeler à l'aide

Retrouver une stabilité dans l'eau vous permettra d'éviter de boire la tasse et de donner l'alerte : soit en agitant les bras, soit en criant très fort "A l'aide !" Des baigneurs proches de vous ou le secouriste sur la plage pourra ainsi vous repérer. "C'est aussi pour cette raison qu'il vaut mieux se baigner en présence de quelqu'un", relève Arnaud Kurzenne.

"Pour les surfeurs ou les véliplanchistes, il existe maintenant des coques de téléphone portable étanches et des combinaisons avec des pochettes spéciales pour les transporter", rappelle-t-il. "N'hésitez pas à vous en procurer avant d'entrer dans l'eau. C'est peut-être un peu gênant quand on pratique ces sports, mais cela peut sauver une vie."

5 Se montrer patient

Que l'on soit en mer ou dans l'océan, il faut s'économiser au maximum, et donc se montrer patient, quitte à rester étendu longtemps dans l'eau. "Mieux vaut partir au large et attendre les secours plutôt que de lutter", assure Guillaume Christ.

Et si, pendant que vous dérivez, vous trouvez des objets sur votre chemin, l'INPES conseille de rester très vigilant : "Méfiez-vous des bouées ou des autres articles flottants (matelas, bateaux pneumatiques, bouées siège…), ils ne protègent pas de la noyade." 

Vous êtes à nouveau en ligne