Bientôt des commissariats mobiles en Ile-de-France pour rassurer les touristes

La fréquentation des touristes chinois et japonais a baissé en 2016 en Ile-de-France, alors que des lieux sont pourtant protégés par Vigipirate, comme ici au Sacré-Coeur à Paris
La fréquentation des touristes chinois et japonais a baissé en 2016 en Ile-de-France, alors que des lieux sont pourtant protégés par Vigipirate, comme ici au Sacré-Coeur à Paris (MAXPPP)

À partir de l'été prochain, une trentaine de sites touristiques de la région parisienne seront équipés de postes de police mobiles. La mesure est censée répondre à la baisse de fréquentation des touristes en Ile-de-France l'an passé. 

Des commissariats mobiles seront installés à partir de l'été prochain près des principaux sites touristiques de Paris et d'Ile-de-France. C'est l'une des mesures décidées par les pouvoirs publics pour tenter de faire revenir les touristes étrangers sensibles à la sécurité. L'Ile-de-France a perdu 1,5 million de visiteurs en 2016. La fréquentation a baissé de 21% pour les Chinois et 41% pour les Japonais. 

>>>À LIRE AUSSI. Chute du tourisme en Ile-de-France : "le point noir" ce sont les touristes étrangers

Des faits divers médiatisés en Asie

Il y a eu bien sûr l'effet des attentats sur la fréquentation touristique. Mais la cause du spectaculaire recul de la clientèle asiatique s'explique aussi, et peut-être surtout, par des faits divers très médiatisés au Japon, en Chine ou en Corée du Sud. Il s'agit notamment l'attaque de cars de touristes, en région parisienne, par des bandes de malfaiteurs. Le directeur du Comité régional du tourisme (CRT) Paris-Ile-de-France, François Navarro, relève que la clientèle asiatique est particulièrement sensible à la question de la sécurité. "Ce qui la marque et ce qui la touche, c'est l'insécurité au quotidien." 

Un enjeu sécuritaire et économique

C'est en partant de ce constat que l'idée d'installer des postes de police mobiles a émergé. Il est question d'équiper une trentaine de sites touristiques de la région parisienne. Le projet va se concrétiser à partir de l'été prochain, en collaboration avec le ministère de l'Intérieur. François Navarro y voit l'avantage de l'hyper proximité : "Les touristes auront un interlocuteur et ils pourront déposer plainte". 

Derrière cet enjeu sécuritaire, l'enjeu économique est de taille puisque la baisse des clientèles chinoise et japonaise a représenté presque 300 millions d'euros de manque à gagner pour le tourisme francilien en 2016.

Bientôt des commissariats mobiles en Ile-de-France pour rassurer les touristes : un reportage de Raphaël Ebenstein
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne