A qui appartiennent les résidences de rêve louées sur Airbnb ?

Capture d\'écran de la page du site Airbnb présentant la villa de HP, située à Porto-Vecchio et louée 1600 euros la nuit en haute saison, le 11 août 2015.
Capture d'écran de la page du site Airbnb présentant la villa de HP, située à Porto-Vecchio et louée 1600 euros la nuit en haute saison, le 11 août 2015. (AIRBNB)

De nombreuses offres d'appartements et de villas de luxe fleurissent sur le site de location entre particuliers Airbnb. Francetv info a interrogé quelques propriétaires de ces demeures quatre étoiles.

De grandes villas avec vue sur la mer, des penthouses (vastes appartements avec terrasses), des châteaux, des yachts... Les annonces de propriétés de luxe sont de plus en plus nombreuses sur le site de locations entre particuliers Airbnb. A 1 300 euros la nuit dans une luxueuse villa sur la Côte d'Azur, ou 1 500 euros le duplex avec piscine et vue sur la tour Eiffel à Paris, on est loin du partage de maisons simples et authentiques qui fait le succès du site depuis ses débuts. Les palaces parisiens ne cachent plus leur inquiétude face à cette tendance, qui représente pour eux une sérieuse concurrence.

Pour l'instant, les annonces de ce type sont minoritaires sur la plateforme, "Sur un total de 50 000 offres à Paris, nous n'en avons que cinq qui dépassent les 1 500 euros la nuit, confie-t-on à Airbnb. Nous n'avons pas de statistiques sur ces nouvelles offres, mais elles sont mineures. Aujourd'hui, le prix moyen d'une nuit dans un logement en France est de 40 euros."

Contactée par francetv info, une propriétaire de chalets de luxe raconte avoir rencontré un agent d'Airbnb intéressé par le développement du site vers le secteur de la montagne et du luxe. De son côté, le site confirme vouloir développer les logements situés en "zone vacances", à la plage et à la montagne. Francetv info a contacté plusieurs propriétaires de ces villas et appartements de luxe, pour comprendre qui sont à l'origine de ces annonces, et quelles sont leurs motivations. 

A un fonds d'investissement 

Capture d\'écran de la page du site Airbnb présentant la villa de HP, située à Porto-Vecchio et louée 1600 euros la nuit en haute saison, le 11 août 2015.
Capture d'écran de la page du site Airbnb présentant la villa de HP, située à Porto-Vecchio et louée 1600 euros la nuit en haute saison, le 11 août 2015. (AIRBNB)

Capture d\'écran de la page du site web d\'Airbnb présentant la villa de HP, à Porto-Vecchio (Corse-du-Sud).
Capture d'écran de la page du site web d'Airbnb présentant la villa de HP, à Porto-Vecchio (Corse-du-Sud). (AIRBNB)

Les images font rêver. Une villa de 600 m2 inondée de soleil, les pieds dans l'eau, sur la plage de Palombaggia à Porto-Vecchio (Corse-du-Sud), une grande piscine chauffée, huit chambres, deux grands salons et une terrasse avec d'immenses canapés. Pour les services, cuisinier sur demande et home cinéma. La villa de HP* construite en 2013, est en location sur Airbnb depuis un mois, à 1 600 euros la nuit en haute saison.

Via un fonds d'investissement franco-luxembourgeois, elle appartient à une vingtaine d'investisseurs. "Nous avons commencé à utiliser la plateforme car elle génère un nombre de clics très important, confie l'un d'entre eux. Nous proposions déjà la villa à la location chez des agents immobiliers et avions une clientèle plutôt américaine et suisse. Sur Airbnb, notre visibilité s'est considérablement élargie." 

Depuis la mise en ligne de l'annonce, la villa a déjà été reservée pour deux séjours de dix jours.  

A un professionnel de l'immobilier 

Capture d\'écran de la villa de Fabrice, à Vallauris (Alpes-Maritimes), sur le site d\'Airbnb, le 11 août 2015.
Capture d'écran de la villa de Fabrice, à Vallauris (Alpes-Maritimes), sur le site d'Airbnb, le 11 août 2015. (AIRBNB)

A deux pas de la plage, Fabrice* a construit sa villa de 180 m2 il y a quatre ans à Vallauris (Alpes-Maritimes) pour un coût estimé à 2,8 millions d'euros. "Je fais de l'immobilier, j'ai des compétences pour ça", confie le propriétaire de 40 ans. Au départ, le Strasbourgeois compte faire de cette villa d'architecte une résidence secondaire, mais il se rend compte qu'il s'y rend peu et décide de la louer à partir de 2014 via Airbnb : "C'est à la fois pour qu'elle soit occupée, pour éviter que l'humidité s'installe, que les machines s'enrayent, et pour que d'autres puissent en profiter. C'est par opportunité et non par nécessité, confie le propriétaire. Le marché est aussi très porteur sur la Côte d'Azur."

A 1 000 euros la nuit, le profil des voyageurs est plutôt celui de quadragénaires ou de familles aisées qui viennent pour les vacances. Le propriétaire loue aussi sa villa pour une journée pour des séances photos ou des reportages. En 2014, ces locations lui ont rapporté 10 000 euros et il estime que, fin 2015, il aura perçu 30 000 euros avec Airbnb. 

A trois antiquaires  

Dans le château de la Goujonnerie, à Loge-Fougereuse (Vendée), le 10 août 2015.
Dans le château de la Goujonnerie, à Loge-Fougereuse (Vendée), le 10 août 2015. (STEFAN KARLSON)

Lorsque Michel, Stefan et Hassan, associés d'une entreprise de meubles à Londres, sont tombés sur l'annonce de la vente du château de la Goujonnerie, à Loge-Fougereuse (Vendée), en 2006, cela a été le coup de cœur immédiat : "On cherchait depuis longtemps un château à acheter en France, confie Michel, on est designers et antiquaires tous les trois, c'était un rêve de longue date." Les trois quinquagénaires, de nationalité française, suédoise et malaisienne, sont conscients de l'achat "un peu inconscient", mais en ont les moyens :"Pour nous, ce n'était pas tant le coût, que nous ne souhaitons pas communiquer, mais la restauration qui demandait beaucoup d'attention et de travail, raconte Michel. A l'époque, le château était presque en ruine, ça faisait un peu La Belle au bois dormant". 

Après plusieurs mois de travaux, la demeure est complètement transformée : piscine extérieure chauffée, terrasse, grand parc, décoration romantique et salle de bain privée dans chaque chambre. Les propriétaires décident de poster une annonce sur Airbnb début 2015 : "Nous nous sommes aperçus que nous n'utilisions pas suffisamment le château. C'est plus sympa d'avoir un château vivant et c'est pratique d'avoir des gens qui utilisent la robinetterie pour éviter qu'elle rouille !" 

Depuis, le trio enregistre des réservations de juin jusqu'à la mi-septembre. La clientèle est très variée : britannique, française, belge, néerlandaise. Les couples réservent pour trois ou quatre jours une chambre (115 euros la nuit), les autres le château entier pour des événements (3 000 euros la journée). "Airbnb nous permet d'avoir une plus grande audience et de louer un petit peu plus." 

A un designer vivant aux Etats-Unis

Capture d\'écran de la villa de Jean, à Paris (14e arrondissement), sur le site d\'Airbnb, le 11 août 2015.
Capture d'écran de la villa de Jean, à Paris (14e arrondissement), sur le site d'Airbnb, le 11 août 2015. (AIRBNB)

Plus de 400 m2 de luxe en plein cœur de Paris. La villa de Jean*, 61 ans ,est nichée dans le 14e arrondissement de Paris, cachée par les arbres d'un jardin japonais de 100 m2. Depuis trois ans, le designer expatrié à Miami, aux Etats-Unis, loue sa villa (dans laquelle dix personnes peuvent dormir) via Airbnb à des familles du monde entier :"Je ne comprends pas pourquoi l'on parle de concurrence déloyale avec les grands hôtels, c'est complémentaire. Louer sa villa entière a l'avantage d'offrir une vraie tranquillité, une intimité aux voyageurs, ce qui manque souvent dans les hôtels, trop impersonnels", confie le propriétaire.

Toute l'année, les voyageurs s'y rendent pour des séjours de 3 à 10 jours, et pour 1 200 euros la nuit en moyenne. "Cela coûterait beaucoup plus cher pour une famille de se loger dans un palace", assure le propriétaire. Dotée de quatre salles de bains et de quatre chambres doubles, la villa a été décorée par les soins de Jean il y a trente-cinq ans : "Cette maison est dans la famille depuis très longtemps. J'ai racheté les parts d'un des membres de ma famille lors de son décès." Lorsque Jean rentre en France pour les vacances et que sa villa est louée, il en loue une autre via Airbnb et se dit très satisfait de la plateforme, mais n'y a pas recours par besoin financier : "Je ne sais même pas combien ça me rapporte par an, je ne fais pas les comptes", affirme-t-il.  

* Les prénoms ont été modifiés

Vous êtes à nouveau en ligne