Santé : les Français sceptiques sur les génériques

Les rayons d\'une pharmacie de Caen (Calvados), le 16 novembre 2012.
Les rayons d'une pharmacie de Caen (Calvados), le 16 novembre 2012. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

Un sondage Ifop publié lundi met en avant une méfiance accrue envers ces médicaments systématiquement proposés aux patients. Francetv info fait le point sur les questions qu'ils soulèvent.

SANTE – Méfiance irrationnelle, manque de pédagogie des autorités sanitaires ? Les Français sont de plus en plus réticents face aux médicaments génériques, selon un sondage Ifop réalisé pour le groupe de pharmaciens PHR et publié lundi 10 décembre, selon le sondage. En 2011, ils étaient 62% à accepter systématiquement la substitution d'un médicament d'origine ; ils ne sont plus que 57% à l'accepter cette année. Francetv info fait fait le point sur les questions que soulève cette enquête.

Qu'est-ce qu'un médicament générique ?

Un médicament générique est un médicament produit après l'arrivée à expiration du brevet du médicament de référence. Il contient le même principe actif, dans les mêmes quantités. Mais il diffère généralement par les excipients utilisés, c'est-à-dire les substances non actives qui permettent l'assimilation du médicament et lui donnent son goût, sa forme, sa couleur…

Quel est son intérêt ?

Son principal intérêt est son prix, bien inférieur à celui du médicament de référence, permettant des économies considérables pour la Sécurité sociale. Depuis 2006, une loi supprime le droit au tiers payant pour les patients qui refusent la conversion en générique des médicaments qui leur sont prescrits par leur médecin : c'est le principe "tiers payant contre générique", expliqué sur le site de l'Assurance maladie. Le taux de substitution est actuellement de 76%, et la mesure aurait permis d'économiser 1,3 milliard d'euros par an.

Les personnes interrogées par l'Ifop sont très critiques envers cette loi, estimant, pour 46% d'entre elles, qu'elle porte atteinte à leur liberté.

Est-il moins efficace ?

Alors que les génériques sont de plus en plus fréquemment utilisés, les Français s'en méfient de plus en plus : 77 % jugeaient leur efficacité similaire à celle du médicament d'origine en 2011, ils ne sont plus que 72% en 2012. Plus frappant : seuls 61% des Francais se déclarant convaincus qu'ils sont "aussi sûrs" que le médicament d'origine, contre 71% en 2011.

Qu'en est-il réellement ? En théorie, les médicaments génériques ont exactement le même effet que le médicament d'origine. Pour obtenir leur autorisation de mise sur le marché, leurs fabricants doivent en effet prouver la "bioéquivalence" avec le médicament d'origine, c'est-à-dire que la substance active qu'ils contiennent doit être assimilée dans les mêmes quantités et avec la même vitesse par l'organisme. Mais l'enrobage ou la présentation du principe actif peut diminuer la tolérance du patient : une mère de deux enfants asthmatiques cite ainsi dans Le Figaro le cas du générique de la Ventoline, dont le goût est plus fort que l'original.

Le directeur général de l'agence du médicament, Dominique Maraninchi, a tenu à réagir au sondage Ifop, réaffirmant que les génériques ne sont pas des "médicaments au rabais" et ajoutant qu'ils font l'objet de plus de contrôles que les médicaments d'origine. Le professeur a également indiqué que les sites de fabrication de génériques étaient inspectés tous les deux ans, contre cinq pour les sites de fabrication des médicaments sous brevet.

Le sondage Ifop a été effectué du 18 au 21 septembre sur un échantillon de 1009 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, par questionnaire auto-administré en ligne et selon la méthode des quotas.

Vous êtes à nouveau en ligne