VIDEO. Ariège : l'omerta des montagnes protègerait-elle des chasseurs d'ours ?

Des éleveurs très organisés sont prêts à tuer des ours pour défendre leurs troupeaux en Ariège. Ils risquent une lourde peine de prison mais se savent protégés par la loi du silence… Extrait du magazine "13h15 le samedi" du 21 juillet.

A la foire ovine de la Saint-Matthieu, qui se tient depuis des siècles en Ariège, pas un berger ne parle d’éventuelles chasses à l’ours dans la région. Tout le monde se souvient cependant des attaques de 2009 commises par ces carnivores. Après avoir décimé plusieurs troupeaux, deux ours avaient mystérieusement disparu. Ils auraient été abattus et enterrés dans la montagne…

Philippe Lacube est bien l’un des seuls à en parler ouvertement. Selon le chef des anti-ours, la chasse aux mammifères plantigrades en Haute-Ariège est un secret de Polichinelle : "L’omerta des montagnes, c’est que tout le monde est au courant sans être au courant. C’est-à-dire qu’on va tous avoir une idée, ça va discuter sans jamais prononcer les noms…"

"C’est sûr que les gens sont l’arme au poing"

Certains vont-ils tirer sur l’ours ? "Ils se défendront à leur façon, précise Philippe Lacube. Je n’ai pas à dire ce que chacun fera. Chacun est responsable de ses actes, mais c’est vrai qu’il y aura, et qu’il y a déjà un système de défense. Ça existe, bien sûr, on ne va pas se mentir. Depuis qu’il y a ce retour de l’ours en Haute-Ariège, c’est sûr que les gens sont l’arme au poing. Ils sont en colère, c’est une réalité."

Ces mystérieux chasseurs d’ours ont accepté de parler au magazine "13h15 le samedi" (Facebook, Twitter, #13h15)... à condition de ne pas être filmés. Une poignée d’éleveurs très organisés et prêts à tuer pour défendre leurs troupeaux. Ils savent risquer une peine de sept ans de prison, mais sont persuadés d’être toujours protégés par l’omerta des montagnes…

Vous êtes à nouveau en ligne